Les psychoses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3734 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
LES PSYCHOSES
-Généralités-

I/ Le concept de psychose
1- Perte du contact avec la réalité
2- Altération du fonctionnement mental
3- Hallucinations et délires
4- Perte des limites du « moi »
5- Dysfonctionnement social
II/ Les hallucinations
1- Des distorsions perceptives d’origines diverses
2- Classification des hallucinations
3- Les différents typesd’hallucinations
4- L’automatisme mental
III/ Le syndrome délirant
1- Définition
2- Analyse sémiologique d’un délire
IV/ Classification des psychoses selon le DSM-IV
1- Schématiquement
V/ La schizophrénie
1- Epidémiologie
2- Critères diagnostiques de la schizophrénie selon le DSM-IV
3- Les sous-types de la schizophrénie
4- Les symptômes positifs et négatifs de laschizophrénie 
VI/ Autres troubles psychotiques
1- Les troubles psychotiques brefs
2- Le trouble déliran 
3- Le trouble schizophréniforme
4- Le trouble schizo-affectif

I/ Le concept de psychose
Historiquement le concept de psychose a été introduit au 20ème siècle.
Il a succédé à la notion « d’aliénation mentale » proposée par Pinel au début du 19ème siècle, alors qu’auparavant il étaitquestion de « folie » (au Moyen Age, le fou était « celui qui était dépourvu d’esprit » ou « celui qui amusait la Cour du Roi»).
L’introduction du terme de psychose fait alors référence à la notion de maladie mentale dont le malade ne reconnaît pas le caractère morbide ou pathologique par opposition à la névrose.
Ainsi, la ligne de démarcation entre psychose et névrose repose traditionnellementsur le critère de conscience ou non des troubles.
Un certain nombre de notions qui se recoupent sont rattachées au concept de psychose ou de troubles psychotique.
1- Perte du contact avec la réalité :
Le patient atteint de trouble psychotique, trouble qui peut être bref ou durable, appréhende la réalité de façon incorrecte.
Cela peut se traduire par des modifications de ses perceptions(hallucinations…), des interprétations de la réalité extérieure (interprétations délirantes), mais aussi par un repli sur soi important (traits autistiques) qui rend tout contact avec l’autre ou l’extérieur difficile ou impossible.
De manière imagée, on pourrait dire que le patient atteint d’un trouble psychotique se vit comme étant dans une autre réalité qui lui est propre et qu’il ne peut accéderà la réalité commune et cela même si on lui en apporte des « preuves ».
2- Altération du fonctionnement mental :
Bien que les capacités intellectuelles ne soient pas atteintes dans la psychose (absence de déficience intellectuelle), la façon de les utiliser est quant à elle altérée.
En fonction du type de trouble psychotique, il s’agira surtout de la pense qui s’accompagnent de troubles dulangage (schizophrénie), de troubles du jugement (paranoïa), de troubles de la vigilance ou du champ de la conscience (confusion).
Face à ces troubles, l’observateur a un sentiment d’étrangeté et d’incompréhension.
3- Hallucinations et délires :
Les signes (observés) ou symptômes (exprimés par le patient) les plus évocateurs de psychose sont bien sûr :
* Le délire : trouble du contenu dela pensée se traduisant par des idées fausses sans fondement auxquelles le sujet adhère totalement (« conviction inébranlable »).
* Les hallucinations : perception sans objet.
La majorité des troubles psychotiques s’accompagne d’un délire mais les hallucinations ne sont pas constantes (exemple : « trouble délirant » correspondant à l’ancienne psychose paranoïaque où le délire estessentiellement alimenté par des interprétations).
4- Perte des limites du « moi » :
Si le patient atteint d’un trouble psychotique a du mal à appréhender le monde extérieur, il a aussi du mal à se percevoir.
On parle d’un trouble de l’identité ou de la conscience de soi. Cela peut s’illustrer par exemple :
* Par des phénomènes de dépersonnalisation (sentiment de n’être plus soi-même) qui peut...