Les régions côtières du maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1756 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les régions côtières du Maroc sont tout aussi exposées aux risques de Tsunamis

Entretien avec Lahsen AÏT BRAHIM, professeur des sciences de la Terre

Après le terrible séisme qui a frappé le 20 décembre 2004 l’Asie du Sud et du Sud-Est, nous avons contacté M. Lahsen AÏT BRAHIM, spécialiste des sciences de la terre, qui nous a éclairé sur le sujet et évoqué les risques de tsunamis sur leMaroc que peuvent générer des séismes atlantiques.
Lahsen AÏT BRAHIM est Professeur à l’Université Mohammed V, Faculté des Sciences de Rabat, Département des Sciences de la Terre. Il est membre de l’UFR Géoenvironnement, Risques Naturels et Génie Littoral, responsable du Laboratoire Risques géologiques et membre de l’équipe marocaine ayant participé à l’élaboration du code de constructionparasismique au Maroc RPS 2000.
Q : Est ce que le tremblement de terre du 20 décembre 2004 a été détecté par le réseau de surveillance sismique marocain ? et quelles sont les caractéristiques de ce séisme ?
R : Les stations du réseau de surveillance sismique marocain du CNRST et les centres de surveillance des tremblements de terre du monde entier ont enregistré et localisé le plus violent etdestructeur séisme qui s’est produit le dimanche 26 décembre à 00 heure 58mn (GMT). Son épicentre se situe au large de l’île de Sumatra à 250 km au sud-sud-est de la ville de Banda-Atjeh et à 320 km à l’ouest de celle de Medan(3,30 degrés de latitude nord, 95,78 degrés de longitude). Sa magnitude est de 8,9 à 9(USGS) sur l’échelle ouverte de Richter, et son foyer (qualifié de superficiel) se trouve à uneprofondeur d’environ 20 km.
Ce séisme, le plus violent survenu dans le monde depuis quarante ans a généré une série de tsunamis. Ces vagues géantes de 3 à 1O mètres de hauteur ont déferlé, sur plusieurs pays d’Asie du Sud, en ravageant sur leur passage barques et bateaux, plages et constructions côtières. Ainsi, des milliers de kilomètres de côtes on été submergé en Indonésie, au Sri Lanka, enInde, en Thaïlande, en Malaisie, et dans les îles Maldives. La région de Banda Aceh, à l’extrême pointe de l’île de Sumatra, a été la plus touchée. Les effets des tsunamis ont été assez puissants pour atteindre les côtes de l’est de l’Afrique, à 6 000 km de l’épicentre (Somalie, Kenya,Tanzanie). Ils ont été aussi ressentis sur les côtes du Yemen et du Bangla-desh. Des témoins de la plage de Khao Lak,en Thaïlande précisent que la mer s’était retirée d’environ 500 mètres avant de revenir et inonder le club en un clin d’oeil.
Q : Quel est le degré de l’activité sismique dans le Sud-Est asiatique ? Quel est le contexte géodynamique et le mécanisme qui a donné naissance à ce séisme destructeur ?
R : Le Sud-Est asiatique est une région qui est exposée aux tremblements de terre plus ou moinsviolents. Le moteur responsable de ses secousses sismiques est l’affrontement de deux plaques tectoniques. La plaque indo-australienne s’enfonce au niveau du fossé de Sunda à l’ouest de Sumatra (Indonésie) sous la plaque eurasienne avec une vitesse de 6 cm par an. Ce phénomène appelé subduction donne naissance le long d’un couloir de failles kilométriques qui longe la côte ouest de l’archipelindonésien à des frottements (et des blocages) entre la plaque subduite (qui s’enfonce) et la plaque chevauchante. De ces frottements vont se développer des contraintes (forces, énergie). Ces dernières seront libérées sous forme d’onde sismique lorsque les roches auront atteint leur seuil de résistance, par le développement d’une faille.
Selon l’USGS, dans le détail, le contexte géodynamique de la zonedu séisme du 26 décembre se trouve compliquée par la présence de la microplaque de Burma. Le déplacement de la plaque de l’Inde vers le nord-est par rapport à la plaque de Burma a entraîné une rupture sous la mer de l’écorce terrestre sur une longueur d’au moins 1 000 km. La répartition des répliques indique que la rupture s’est effectuée selon une direction NS entre la pointe nord de Sumatra...