Les révoltes en europe de l'est.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1480 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les révoltes en Europe de l’est

[Introduction]

« Un rideau de fer s’est abattu sur le continent », disait Churchill (ancien premier ministre britannique) en 1946 à Fulton, celui-ci mit en garde le monde libre contre l’expansionnisme soviétique. A partir de 1945, le modèle soviétique connait un fort attrait du fait que l’armée rouge a libéré les pays de l’Europe de l’est du nazisme (saufla Yougoslavie qui s’est libéré seul). En 1947, la guerre froide débute. Aussi un « rideau de fer » (expression inventée par Churchill) enferme la partie orientale de l’Europe. Ces pays de l’Est (Pologne, Roumanie, Bulgarie, Hongrie, Tchécoslovaquie et l’Allemagne de l’est) sont désormais sous la tutelle de l’URSS et appelées « démocraties populaires » (1949). Mais avec la mort de Staline et lavolonté de changement, des révoltes vont naitre dans tous les pays issu des démocraties populaires.
Comment les révoltes des pays de l’Europe de l’est ont-ils réussi à faire effondrer le bloc communiste ?
Dans un premier temps nous verrons la déstalinisation qui survient a la mort de Saline et ses conséquences, puis dans une seconde partie nous étudierons les contestations qui surviennentdans les années 1960 et 1980 et enfin dans une dernière parti nous verrons l’année 1989 qui marque la fon du communisme en Europe de l’est.

[I. La déstalinisation et ses conséquences]
[A. Mort de Staline]

Après avoir fait établir une politique de terreur en URSS et dans les pays satellites, Staline meurt en 1953. Cela va entrainer une vague de déstalinisation. Mais dans l’immédiat l’année1953, symbolise aussi les premières fissures du bloc soviétique. En effet trois événements vont le révéler. En premier lieu en juin 1953, il y a des émeutes à Berlin-Est, les ouvriers se soulèvent contre la dictature communiste mais aussi des étudiants. Ils sont stoppés par le dirigeant communiste stalinien Walter Ulbricht qui fait appel aux Soviétiques, l’armée rouge intervient donc avecbrutalité pour réprimer le mouvement. De plus en Pologne il y a un mouvement antistalinien et antisoviétique qui les oblige à quitter leurs postes en Pologne, c’est la « voie polonaise » par le socialisme.

[B. Des changements politiques]

Ainsi la mort de Staline provoque des changements, s’ouvre alors une période d’incertitude et de trouble. On se dispute sa succession et c’est finalementKhrouchtchev qui le remplace. En 1956 Khrouchtchev est au pouvoir et, lors du XXe Congrès du PCUS, il va dénoncer les « erreurs et les crimes » de Staline dans un rapport secret. Une vague de déstalinisation apparaît, il faut adopter un « nouveau cours politique » : fin du culte de la personnalité, renforcement du pouvoir collégial, assouplissement des politiques économiques. Au niveau international,il y a une réconciliation entre la Yougoslavie et l’URSS (visite officielle de Khrouchtchev et reconnaissance d’une voie propre vers le communisme). La même année, en 1956, le KOMINFORM est supprimé.

[C. L’octobre polonais et la révolution hongroise]

La même année que Khrouchtchev arrive au pouvoir, des mouvements s’éveillent en Pologne et en Hongrie. En premier lieu en Pologne c’est «l’Octobre Polonais » après l’arrivée de Gomulka au pouvoir (ancienne victimes des purges [« tactique du salami »]), mais la Pologne reste intégrée au Pacte de Varsovie, donc au bloc soviétique. En second lieu les mouvements se passent en Hongrie, et la situation est autre. En effet après des débordements et des pressions de la population, Nagy (premier ministre hongrois) finit par quitter brutalementle Pacte de Varsovie. Ainsi début novembre 1956, les troupes militaires du Pacte interviennent dans le pays. Les affrontements sont très violents et les tentatives d’émancipation sont étouffées. Ces évènements montrent la limite de la déstalinisation, et montre que les tentatives de reformes sont étroitement surveillées.


[II. Contestation du modèle]
[A. Les formes de mécontentement]...