Les raisons de croire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2025 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Définitions
Croire : Le verbe vient du latin « credere », qui signifie "tenir pour vrai", "faire confiance". La croyance implique donc l'idée d'une absence de connaissance, car il s'agit toujours de "se fier" au témoignage d'autrui.
Définition des termes du sujet
Les raisons, ce sont les fondements, les choses qui font que, d'une manière rationnelle, on choisit telle ou telle positionsur une question, telle ou telle voie. Alors, l'idée de « raisons » s'oppose à l'idée de « croire », puisque croire, c'est précisément adhérer à une chose sans fonder en raison cette adhésion, c'est-à-dire en remplaçant la justification rationnelle par la justification irrationnelle que procure la foi. Mais les raisons, ce sont aussi, plus largement, les causes, qui, elles, peuvent ne pas êtrerationnelles. La question est donc double : comment expliquer que les gens croient, et comment expliquer rationnellement que l'on puisse avoir recours à la croyance plutôt qu'à la raison ?
Ce sujet ressemble donc à un oxymore : et c'est la contradiction même qu'il renferme qu'il faudra interroger. Il s'agit donc d'éprouver la pertinence de cette expression, pour définir à quelles conditions ellepeut être valide, ou éventuellement la nuancer ou la remettre totalement en cause.
Pourquoi les hommes croient-ils ? (que ce soit à un dieu dans un cadre religieux, ou simplement au fait que telle personne est sympathique - il y a des niveaux très différents de croyances) La croyance est-elle à comprendre comme une forme de savoir d'une telle nature qu'il est impossible de le faire passer par lesvoies de la raison ? (il y aurait alors l'idée que, par exemple, Dieu inspire la foi au croyant, et que la raison de croire est alors la volonté même de Dieu. Ce serait une perspective théologique). Ou bien, apprend-on à croire ? (nous héritons souvent des croyances de notre époque, de notre famille...) et alors la croyance serait une sorte de construction sociale, un ensemble de propositionscontingentes auxquelles on adhère sans les fonder en raison et sans avoir la moindre preuve de leur validité. On pourrait pousser cette perspective plus loin ensemble et soutenir que les croyances ont pour raison certains mécanismes de pouvoir qui ont intérêt à les entretenir pour mieux gouverner les hommes. Et alors, il serait faux de parler de raisons de croire au sens élevé du terme (les raisonscomme fondements rationnels des choses).
Les points de vue sur la validité de cette expression peuvent donc être multiples ; dans tout les cas, une analyse très précise de l'expression devra précéder toute prise de position quant à sa validité.
Références utiles
Spinoza, Traité théologico-politique
Augustin, Les Confessions
Textes à utiliser
Kant, La religion dans les limites de lasimple raison
« Ce ne peut pas être, par conséquent, chose indifférente pour la morale que de se faire ou non le concept d'une fin dernière de toutes choses (l'accord de la morale avec un tel concept n'augmente pas le nombre des devoirs, tout en leur procurant un point particulier où toutes les fins convergent et s'unissent) ; car c'est là l'unique moyen de donner à la connexion pour nousindispensable de la finalité par liberté et de la finalité naturelle une réalité objectivement pratique. Supposez un homme plein de respect pour la loi morale, à qui l'idée vient de se demander (ce qui est presque inévitable) quel monde il créerait sous la direction de la loi morale, s'il en avait la faculté et s'il devait lui-même en faire partie comme membre ; non seulement il le choisiraitexactement tel, si seulement on lui laissait le choix, que l'exige l'idée morale du souverain bien, mais il voudrait même qu'un monde, n'importe lequel, existât, parce que la loi morale réclame que soit réalisé le plus grand bien dont nous sommes capables ; et il le voudrait, malgré le danger où il se verrait exposé, d'après cette idée elle-même, d'y perdre beaucoup personnellement en félicité, parce...
tracking img