Les rites de passages

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1307 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les rites de passage, Arnold Van Gennep

Les rites de passage est un ouvrage écrit en 1909, par Arnold Van Gennep.
Arnold Van Gennep est né en 1873 à Ludwigsburg (Wurtemberg) de père allemand (descendant d’émigré français) et de mère hollandaise. Il occupa brièvement, entre 1912 et 1915, la chair d’ethnographie de l’université de Neuchâtel ainsi que les fonctions de directeur adjoint dumusée d’ethnographie de la même ville. Ses recherches se porte en premier lieux sur les problèmes ethnologiques de son temps (le totémisme, le tabou, les formes primitives de la religion, les rapports du mythe et du rite). Après 1920, il se consacre entièrement à l’ethnographie et au folklore de la France, il publia le monumental manuel de folklore français contemporain (1937-1958) qu’il laisseinachevé à sa mort en 1957.[1]
Van Gennep choisi d’écrire Les rites de passage, afin de faire une classification des rites, de les expliquer, et de montrer comment et pourquoi ils s’exécutent ainsi, en renvoyant toujours à des exemples de différentes sociétés.
Avant toutes choses Arnold Van Gennep distingue deux classes de rites, les rites sympathiques et le rites contagionnistes. Il définit quesont rites sympathiques « ceux qui se fondent sur la croyance à l’action du semblable sur le semblable »[2], quant aux rites contagionnistes ils se fondent sur « la matérialité et la transmissibilité (…) des qualités naturelles ou acquises »[3] . Il distingue également les rites animistes (il déplore d’ailleurs que l’école animiste n’est pas élaborée une classification rigoureuse de ses croyanceset rites) des rites dynamistes. Ce sont quatre catégories de rites indépendants regroupés par deux (sympathique et animiste), (contagionniste et dynamiste) car étudiés par deux écoles aux points de vue différents. A cela Van Gennep ajoute une autre distinction, celle entre rite direct, c’est à dire immédiat sans intervention d’agent autonome, comme l’envoûtement par exemple, et rite indirect, quilui fait intervenir un puissance (comme un démon, par exemple) pour intervenir au profit de celui qui à effectuer le rite (prière par exemple). Pour finir avec les catégories de rites il distingue les rites positifs (qui sont des choix traduits en acte) et les rites négatifs (couramment appelé tabou, qui aussi une manière de vouloir même si le tabou est une interdiction). Selon Van Gennep un mêmerite peu donc rentrer dans quatre catégories et il y a seize possibilités de classement d’un rite. Il prend comme exemple pour illustrer cela, l’interdiction faite aux femmes enceintes de manger des mûres parce que cela marquerait l’enfant, c’est un rite dynamiste (car impersonnel), contagionniste (par son caractère de transmissibilité), direct (car sans intervention d’agent autonome) et négatif(de part l’interdiction).
Par la suite Van Gennep développe trois catégories secondaires qui sont les rites de séparation, rites de marge et rites d’agrégation et même si, en théorie, dans tous rites de passage on devrait avoir des rites préliminaires (de séparation), liminaire (de marge) et postiliminaire (d’agrégation), il se trouve que certains sont plus présent dans certaines cérémonies quedans d’autres, comme, par exemple, le rite d’agrégation dans le mariage. Mais Van Gennep précise que tous les rites ne sont pas que des rites de passage² car bien que leur objet générale est « d’assurer le changement d’état ou un passage d’une société magico-religieuse ou profane dans une autre »[4], les cérémonies ont chacune leur objet propre et leur rites particuliers (comme le rite defécondation pour le mariage).
Parmi les rites de séparations (ou rites préliminaires) on pourrait citer les rites liés à la grossesse et à l’accouchement, en effet lorsque la femme est enceinte on exécute des rites de séparation qui l’exclu de la société générale mais aussi de la sphère familiale, et également de la société sexuelle, elle est placée dans un état d’isolement soit du fait même de son...
tracking img