Les roads gambleurs à la conquete de l'ouest

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1626 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les road gamblers à la conquête de l’ouest

Tout a commencé à l’aube du siècle dernier avec le développement du poker dans le sud des Etats-Unis. Des joueurs itinérants ont commencé à sillonner le Middle West américain, le Texas, l’Oklahoma, le Kansas, à la recherche des plus grosses parties et de son cortège de riches amateurs. A une époque où les tournois n’existaient pas, le poker étaitconsidéré comme un jeu de voyous pratiqué par des voyous et par quelques riches hommes d’affaire désireux de connaître le frisson du gamble. Il se pratiquait généralement dans des arrière-salles enfumées, parfois dans des cercles semi-clandestins, plus rarement dans l’opulente propriété d’un millionnaire. Les seuls spectateurs étaient des gardes du corps lourdement armés, parfois une fille de petitevertu, mais l’argent y coulait à flot et le niveau moyen était d’une faiblesse rare, deux facteurs qui allaient provoquer des vocations immédiates.
 
[pic]
Les road gamblers à la conquête de l'Ouest !

Parmi celles-ci des noms aujourd’hui célèbres : Johnny Moss, Sarge Ferris, Nick Dandalos, Doyle Brunson, Amarillo Slim, Jack Strauss, Doc Ramsey, Pat Renfro, Puggy Pearson, Sailor Roberts, etc.,mais à cette époque ces légendes cultivaient la discrétion. L’anonymat permettait d’être invité, ou tout au moins toléré, aux lucratives parties dans lesquelles se mélangeaient notables, capitaines d’industrie et riches malfrats.

Pour ces "Rounders", pas de domicile fixe, ni de sécurité de l’emploi. A la moindre descente de police dans un tripot clandestin, à la moindre colère d’un truandlocal excédé d’être régulièrement plumé ou à l’annonce d’une nouvelle partie plus lucrative, il leur fallait être prêt à un déménagement immédiat pour une nouvelle destination plus accueillante ou parfois moins dangereuse. Certains road gamblers maniaient d’ailleurs aussi bien le colt que les cartes. Installé à une table de poker, la célèbre figure du Far West, Wild Bill Hancock n’a jamais puexploiter la force de ses deux paires as-huit, n’ayant pour une fois pas été assez rapide à dégainer. Il fut abattu lors d’un règlement de comptes, alors qu’il s’apprêtait à remporter le coup avec une main qui resterait dans la postérité comme la main de l’homme mort…
[pic]
Nick "The Greek" Dandalos, costard, cigare, flambeur devant l'éternel...

Le plus célèbre d’entre eux, Johnny Moss, est aussiconnu pour son palmarès obtenu lors des WSOP naissantes que pour quelques anecdotes légendaires. Lors d’une partie disputée dans un bled perdu de l’Oklahoma, The Grand Old Man aperçoit un trou suspect dans le plafond juste au dessus de lui, il dégaine, lance les sommations d’usage et finalement, comme l’indélicat observateur semblait penser qu’un joueur de poker ne devait être qu’un bluffeur, tire,atteignant le baron au postérieur. L’humiliation de la blessure et l’audace de son auteur contribuèrent rapidement à la légende de Moss.

Joueur itinérant, un travail à plein temps !

Les rounders ne pouvaient se contenter d’être doués au poker ou de savoir manier le revolver, il leur fallait associer à leurs talents d’autres atouts. Une solidité morale notamment, pour supporter solitude,pression, déracinement permanent, voire hostilité. Ils devaient aussi faire preuve de réelles qualités humaines pour se faire accepter dans de nouveaux cercles, posséder de l’entregent pour nouer de solides amitiés leur permettant d’être régulièrement invités à de grosses parties. Dans le budget d’un joueur itinérant, une enveloppe spéciale pourboire permettait de récompenser serveur ou tenancier quiavaient la bonne grâce de lui réserver une place.

En plus de ces qualités élémentaires, devait s’ajouter une résistance à la fatigue et une capacité à encaisser de solides doses d’alcool généralement frelaté…
Avant d’être considéré comme un sport, le poker était une activité d’hommes, de vrais, des tatoués, qui descendaient whisky et tord-boyaux comme un professionnel du XXIe siècle le jus...