Les sacrements

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2581 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1) Introduction
Les rites sont là pour aider les hommes à vivre les moments importants ou difficiles de leur existence. On retrouve le rite lors du mariage qui est un événement riche d’amour, de joie, d’espérance, d’attente, de crainte mais aussi de changement. Dans le sacrement du mariage, il existe deux aspects qui sont présents :
* Une réalité humaine (le mariage)
* Une réalitédivine (le sacrement)
Il faut comprendre comment l’amour de Dieu peut se manifester dans la réalité humaine du mariage. Il faut voir en quoi le mariage peut être signe de l’amour de Dieu pour les hommes. Un mariage chrétien est un mariage vivant mais aussi un signe et une représentation de l’amour de Dieu pour son peuple.
* Le mariage est le sacrement de la famille et de l’amour humain.* C’est l’union de l’homme et de la femme.
* Le mariage est le sacrement par lequel l’homme et la femme qui sont baptisés vont s’unir comme époux et épouse devant Dieu jusqu’à leur mort et qu’ils puissent obtenir la grâce de se sanctifier mutuellement.
2) Le Mariage : l’historique
L’Eglise n’a pas inventé le mariage. Il existait déjà depuis longtemps. Les premiers chrétiens semariaient en prenant exemple sur leur entourage. Ils n’avaient pas besoin d’une cérémonie religieuse spéciale. Mais dès l’origine, le mariage était considéré comme important dans la communauté chrétienne. Saint Paul affirmait : Maris, aimez vos femmes comme le Christ a aimé l’Eglise (Ep 5,25). Le Christ a instauré les sacrements mais cela ne signifie pas qu’il en a fixé les rites et les actionssymboliques. Il leur en a donné un sens et une valeur.
Jusqu’au IIIe siècle
Le mariage dans la société romaine était bien organisé juridiquement (contrat, consentement) mais aussi cérémoniellement (voile de la mariée, repas de noces, cortège jusqu’à la maison du marié…). Les premiers chrétiens ne cherchaient pas à le célébrer autrement : ils ajoutaient aux cérémonies le sens chrétien de leurunion et de s’abstenir de pratiques sacrificielles païennes. Le premier acte ecclésial est l’obligation d’obtenir la permission de l’évêque dans certains cas, surtout pour le mariage des clercs.
Du IVe au XIe siècle
Les chrétiens vont peu à peu signifier le sens particulier qu’ils donnent au mariage en y ajoutant une marque chrétienne à un des rites coutumiers qui le constituent.
Labénédiction nuptiale naîtra et elle avait lieu :
* Lors de la remise du voile à la femme à Rome et à Milan ;
* Lors du couronnement de la mariée en Orient ;
* À l’entrée des époux dans la chambre nuptiale en Gaule et en Espagne.
Cela a commencé à Rome et premièrement pour le mariage des clercs et de leurs enfants. On va avoir l’habitude de donner cette bénédiction à la messe et ça va serépandre dans toute la chrétienté et pour tous les époux.
Le premier exemple de bénédiction nuptiale date du IVe siècle et provient du mariage du lecteur Julien, qui est un futur évêque d’Eclane.
Le mariage au Moyen Age
Les guerres et les troubles sociaux ont amenés l’Eglise à exiger le caractère publique du mariage pour assurer la liberté du consentement de la femme. C’est le prêtrequi est chargé des formalités civiles et les époux reçoivent la bénédiction nuptiale et donc ils avaient recours au prêtre par ce moyen. L’échange des consentements va être déplacé, de la maison de la fiancée à la porte de l’église. Les époux vont entrer à l’Eglise qu’après le mariage, pour la messe et la bénédiction.
Le concile de Trente
En 1563, le concile de Trente va imposer la formecanonique, c’est-à-dire le passage des époux pour échanger des consentements devant leur propre curé.
Le Vatican II va maintenir cette exigence mais en enrichissant le rituel :
* Une plus grande possibilité pour s’adapter selon les coutumes ;
* Un échange des consentements qui sera précédé d’une liturgie de la Parole ;
* Une plus grande variété et une plus grande richesse dans...
tracking img