Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1246 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ?

La question posé ici induit une double réponse, en effet, il faut se demander si nos sens ( à savoir l'ouïe, la vue, le toucher, le goût, l'odorat) sont suffisants à nous donner toutes nos connaissances (par pur passivité), de la plus primaire à la plus développé. Nous devons alors nous demander si d'autresfacteurs – tel que la raison ou l’entendement – ne rentre pas en compte dans l'acquisition de nos connaissances.
Par exemple à l'école, ce que l'on apprend passe par le canal des sens - ouïe – mais ce n'est pas directement une expérience sensible, en ce sens, nous devons nous posez la question suivante : les sens se suffisent-ils dans l'acquisition de nos connaissance ou faut-il l'interventiond'autres fonctions de l'esprit ? Nous nous efforcerons de répondre le plus justement a cette question.

Dans une certaine mesure nous pouvons étudier le fait que les connaissances par expérience sensible nous donne une assurance que ce que l'on apprend ne peut être déformer par les dires d'autrui, en effet quand on vit quelque chose sensiblement, personne ne peut le déformer par la parole, qui peuten soit être une induction en erreur, selon l'emploi des mots et la tournure des phrases. Ce que l'on vit, même si l'on n'a pas de mots à mettre dessus reste quelque chose de vécu qui ne peut être réfuter ou déformer.
D'autre part, toutes les connaissances, qu'elles soient sensibles ou non doivent passer par les canaux sensibles, qu'elles soient entendues (discours) ou vues (graphique,image...), toutes ces informations susceptibles de devenir des connaissance n'ont de choix que d'être transmise sensiblement (outre leur degrés de vérité). Ce qui nous laisse penser que seul l’expérience sensible peut avoir un réel impact sur nos connaissances.
Pour appuyer la thèse selon laquelle les sens nous fourniraient nos connaissances, le premier rapport que l'homme à au monde semble bien êtresensitif, en effet, cette période qui paraît décisive dans la construction d'un nourrisson est exclusivement sensitive, le rapport au monde qu'il entreprend ne se fait que par le toucher, le goût, l'odorat, la vue et l'ouïe. De cette manière on peut affirmer que les sens sont décisif dans la construction de l'homme donc dans la construction de ces connaissances. On pourrait alors parlé deconnaissances sociales et humaines, l'imprégnation dans un milieu, cette expérience est fondamentalement sensible.
Par ailleurs, dans le domaines des sciences, pour appuyer un théorème il faut une preuve par expérience sensible, de ce fait lorsque l'on nous apporte un théorème – par exemple en chimie -, celle ci est toujours accompagner d'un démonstration, qui nous prouve que le discours énoncer lors duthéorème est vrai, sans cela la thèse énoncé ne pourrait être prise pour vrai, c'est alors encore une fois une preuve que sans les sens aucunes acquisitions de connaissances n'est possible ( Voyez Newton, qui si il n'avait pas pris une pomme sur le haut du crâne n'aurait jamais découvert la loi de la gravitation universelle).

Seulement, n'y a t-il pas un domaine scientifique dans lequel aucunesdémonstration sensibles n'est possible et qui reste pourtant une science exact ? Les mathématiques le sont ! En effet, aucune expérience sensible des mathématiques n'est possible, bien qu’applicable dans la vie commune, les mathématique reste une science qui n'est défini dans aucun espace sensible, ces représentations ne sont pas physiquement faisable, en effet on ne peut représenter l'infinimentgrand, l'infiniment petit. Pour ce qui est des figures géométriques que l'on est capable d'établir, elles émanent des mathématiques, ce n'est pas les sens qui ont menés aux mathématiques mais bien les mathématiques qui ont menés aux sens, c'est à dire à la représentations sensible de cette science.
Non seulement la connaissance par ouïe dire, semble bien plus rapide que l’expérience...
tracking img