« Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ? »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1805 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ? »

Introduction : Qu’est-ce-que les sens ?

L’ouïe, l’odorat, le touché, le goût, la vue constituent les cinq sens nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Sans ces cinq sens, que serions-nous, exactement ? Qu’est-ce que l’être humain, chose faite de chair, de sang, et de terminaisons nerveuses,d’os, de muscles, serait sans ce qui le détermine comme un « être vivant » ? L’être vivant n’est pas forcément humain. Les animaux sont tout autant qualifiables d’êtres vivants, et disposent à leur tour de ces cinq sens. Ils semblent si importants. Mais que sont-ils en fin de compte ? Sans la capacité de toucher, de porter sa main vers un mur, ou une personne, cela serait-il forcément aussi gênant ?De ne pas sentir la brise du vent, ni de percevoir le doux clapotis de l’eau, ou encore de se délecter d’une quelconque sensation culinaire ? Certaines personnes, dans notre monde, vivent sans l’un de ces facteurs sensoriels. Qu’ils soient aveugles, sourds, muets, ils restent des personnes vivantes, qui peuplent la Terre jour après jour. La vue permet d’apercevoir, de distinguer les méandres denotre planète, les personnes à côté de soi, ainsi qu’autrui. Le touché est la sensation la plus tactile qu’il soit, ce qui nous rend bel et bien vivant, nous permet de nous sentir vivant, et nous incite à le penser indubitablement ; tandis que le goût, ce qui détermine si nous aimons bel et bien tel aliment, ou telle substance de part notamment nos papilles gustatives, ne nous confine que davantagedans cette hypothèse, L’odorat quant à lui nous aide à sentir de multiples saveurs, l’eau salée de la mer, de la nature, que ces odeurs soient délicieuses ou pestilentielles, telle que des gaz d’échappements, nous nous forgeons de nous même cette opinion. Chaque être humain dispose de ses différences, de ses particularités propres qui font qu’il est unique en son genre, qu’on ne peut le trouverdédoublé le lendemain, qu’il fait partie d’un tout. Un tout qui regroupe toutes les créatures vivantes, un tout qui est le monde, qui le détermine au fil des siècles, en bien ou en mal. Et ces différences, nous les appelons les goûts ; ils sont étroitement liés aux sens, de ce fait, indispensables, indissociables de l’expérience sensible. Pourrions-nous déterminer ce que nous sommes au fond denous-mêmes sans les sens ? Sans cette capacité d’exécuter des tâches que nous jugions banales, mais pourtant, que d’autres en demeurent incapables d’exécuter ?

Dans les sens, n’y a-t-il pas quelque chose de familier, en fin de compte ? Lorsque nous entreprenons de regrouper chacun de ces facteurs différemment, ne se rejoignent-ils donc pas à partir de certains verbes, ou adjectifs ? Le simple fait deprononcer, ou d’écrire le mot « sentir » ne nous rappelle-t-il pas cette éternelle question philosophique ? Cela vient des sens, il est indissociablement de la même famille, et ce simple petit mot, suffirait amplement à décrire l’importance des sens. Nous sentons une odeur, nous sentons une main qui nous touche, tout comme nous sentons ce goût amer dans notre bouche, ou une personne arriver.Sentir est important. Sans cela, quelque chose nous manquerait. Mais pourrions-nous vivre malgré tout ? Des personnes y parviennent bien, après de lourds accidents, ou des défauts de naissance. Si eux, y arrivent, il n’y a aucune raison valable qui déterminerait l’incapacité à certains d’y parvenir tout autant. Nous sommes des êtres humains, ni plus ni moins, avec les mêmes angoisses, les mêmes désirs,les mêmes volontés de vaincre, ou de suivre notre propre philosophie. Il y a une chose qui nous lient, et ce n’est pas qu’une question de corps, d’organes, non, cela est bien plus profond. Nous possédons une conscience, un esprit, un cerveau. Et entre être humains, nous partageons ces sens, que nous utilisons à bon escient ou non, le savoir nous permet de nous qualifier de la même famille....
tracking img