Les sens nous fournissent-ils toutes nos connaissances?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1944 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
On considère généralement que l'expérience nous apprends davantage que la théorie. En effet, on relègue fréquemment la théorie et la la pensée aux rang de connaissances générales et inutiles, parfois même inapplicables ou encore contredites par les faits. Cependant, il semble que, parfois, que l'homme ne puisse se contenter d'un savoir pratique ou utile et que sa pensée aspire alors à une formeplus élevée de connaissance, laquelle ne pourrait nous être enseignée que par la théorie. Est-il dès lors vraiment possible d'affirmer que seuls nos sens nous fournissent nos connaissances? La théorie et la pratique ne pourraient-elles se combiner dans l'apprentissage? Comment comprendre alors le lien entre ces différentes façons d'apprendre? Pour résoudre ce problème, on peut voir pourquoil'expérience semble être au départ la seule source valable de connaissances, puis en quoi la théorie paraît également nous apporter des connaissances et, enfin, s'il est possible d'articuler ces deux façons d'apprendre.

Le verbe apprendre renvoie à l'idée de saisir une connaissance. Son sens semble donc être très concret et très pratique, comme si apprendre ne signifiait rien d'autrequ'acquérir des techniques et des savoirs-faire. Or il est vrai que c'est de manière très concrète et pratique qu'on apprend par exemple à marcher, à lire ou à compter, ou encore à écrire : c'est un véritable savoir-faire gestuel et corporel que l'on doit acquérir. Dans le domaine de la connaissance, apprendre équivaut également à acquérir un certain savoir-faire. En effet, apprendre une règle degrammaire ou de calcul, c'est être à même de les refaire, donc c'est en avoir saisi le procédé. Enfin, dans le domaine scientifique, apprendre, c'est acquérir un savoir vrai, donc être à même de prouver ce dont on avait fait que par hypothèse.

Or justement ce qui semble pouvoir « nous apprendre », c'est donc bel et bien l'expérience, puisque l'expérience est une sorte de« pratique » de quelque chose, c'est-à-dire un ensemble d'actions maîtrisées et efficaces, acquises par la répétition. On apprend ainsi à marcher en se faisant l'expérience, c'est-à-dire en pratiquant la marche et en s'y entraînant. De même, c'est à force d'en faire l'expérience que l'on apprend une règle. L'expérience nous apprend également dans la mesure ou elle est le fait brut qui nous « montre que ». Ellepermet ainsi d'interroger nos croyances, et nous apprend soit que celles-ci étaient fausses, soit qu'elles étaient justes. Ainsi, si, de prime abord, l'enfant croit qu'il est bon de boire de l'eau de mer, en en faisant l'expérience, il apprendra que l'eau de mer n'est pas désaltérante. Enfin, l'expérience nous apprend beaucoup dans le domaine scientifique dans la mesure ou l'expérimentationscientifique doit appuyer une théorie et peut ainsi fonder une connaissance. Ainsi, l'expérience nous apprend beaucoup puisqu'elle englobe tout ce qui révèle de données sensibles par lesquelles nous recevons des informations sur la réalité qui nourrissent notre esprit.

L'expression « c'est en forgeant que l'on devient forgeron » montre que l'expérience peut être comprise comme l'uniquesource capable de nous apprendre réellement quelque chose, puisque la connaissance visée (être forgeron) ne correspond en fait qu'a l'action maîtrisé (forger). Qui plus est, ce sont bien les faits qui, seuls, nous apprennent quelque chose, au sens où sans eux nous resterions dans l'erreur. C'est donc bien en expérimentant les faits que l'on peut apprendre véritablement (je peux croire qu'il est bonde manger avec excès, mais la crise de foie que je vais expérimenter va m'apprendre que c'est faux). Enfin, l'expérience semble bien nous enseigner, puisqu'une théorie qui ne serait pas appuyée par une expérience « cruciale » ne nous apprendrait rien dans la mesure où elle resterait incertaine. On pourrait donc affirmer, comme le fait d'ailleurs Locke, que notre esprit est une « table...
tracking img