Les socialisations

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2445 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les socialisations
Une définition, des choix pratiques Socialisation= façons dont la société forme et transforme les individus.
Cela peut être un processus = s’exerçant tout au long de la vie
Ou un procédé= s’exerçant au cours de la vie de l’individu et étant le fruit d’une institution sociale.
La définition du sociale fait clivage entre les écoles de sociologie. Il y a doncplusieurs approches et plusieurs définitions de la socialisation. Cependant, il y a des constantes dans la définition :
Socialisation verticale :_ les anciens forment les jeunes_
Socialisation horizontale : formation par les pairs, influence des uns sur les autres
Socialisation primaire : au cours du jeune âge
Socialisation secondaire : poursuite à l’âge adulte.
Durkheim : uneapproche verticale de la socialisation 1895 : « Règles de la méthode sociologique »
Ouvrage fondateur de la dimension méthodologique de la sociologie.
Durkheim est à l’origine d’un des trois grands courants de sociologie.
Pour devenir une science, la sociologie doit répondre à deux conditions :
Elle doit mettre en œuvre une méthode de recherche scientifique, rigoureuse, objective,qui se rapproche le plus possible des sciences exactes (comme la biologie) de manière à se détacher le plus possible des prénotions, des préjugés, de la subjectivité produites par l’expérience ordinaire et vulgaire : la sociologie se devra d’étudier les faits sociaux comme des choses.
En bref, la sociologie sera la science des faits sociaux, définie par une méthode qui lui est propre.EXEMPLE : Le Suicide (1897)
Durkheim écarte l’approche psychologique. Il va falloir explique le suicide par un autre fait social. Par exemple, il s’aperçoit que l’on se suicide plus à la ville et surtout lorsque l’on vient de la campagne.
Ainsi l'une des causes déterminantes du suicide qui se dégage est celle de l'intégration. L’absence de lien social pousse au suicide.
Explication du suicidepar des critères sociaux, objectifs.
En définitive, dans cet ouvrage, on retrouve la préoccupation de Durkheim pour la cohésion sociale – préoccupation que l'on retrouve dès son travail de thèse, De la division du travail social. Durkheim établit une relation de cause à effet entre les formes déséquilibrées du lien social (défaut / excès d'intégration ; défaut / excès de régulation) et les tauxde suicide.
La socialisation aura pour but de susciter et de développer l’individu. Pas de développement spontané de l’enfant.
« L’éducation consiste en une socialisation méthodique de la jeune génération. ».
L’enfant à sa naissance, est un être égoïste et asociale.
« Le pervers polymorphe » Dalí
L’enfant n’a aucune limitation morale dans ses instincts. Il ne limite pas encoreson instinctivité. Freud explique que l’enfant n’a pas encore de subconscient.
Durkheim adhère à cette idée.
L’enfant à donc besoin de la socialisation qui aura deux fonctions :
Reproduction du milieu dans lequel il vit.
L’enfant devient capable de coopération avec un groupe ou la société
La socialisation va rendre l’individu sociable (capable d’entente avec l’autre) etsociale ( elle fait de lui le reflet des besoins de la société ou du groupe auquel il appartient).
Cela signifie que l’individu à des devoirs envers la société. Il va devoir respecter un certains nombres de règles pour la cohésion du groupe. Mais en même temps l’individu à des droits. Il peut demander à la société de lui rendre des comptes quant à la place qu’il occupe dans cette société. Iln’est pas le seul responsable de la place qu’il occupe.
Débat en France sous la IIIe république.
_Monarchie libérale de Napoléon III = pas de politique sociale. Idée que l’individu est totalement responsable de la place qu’il occupe dans la société. Pas d’intervention car cela signifierait une limitation de la liberté de l’individu (si je suis pauvre c’est que j’ai fait le choix d’être...
tracking img