Les sonnets encomiastiques de du bellay

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3824 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’éloge dans les sonnets 164 à 191 DES REGRETS

PLAN
Introduction :
La signification de l’éloge dans Les Regrets:
A. Définition de l’éloge
B. L’éloge du « Créateur » et la place de la Religion dans Les regrets
C. Une éloge nouvelle pour une poésie nouvelle: une visée singulière
Hommage aux Grands Hommes
A. Les amis et artistes contemporains du poète ( sonnets 164 à169 )
D’Avanson et Magny
Ronsard
Poulin
Michel de L’Hospital
B. Les personnalités Royales ( sonnets 170 à 173)
Marie Stuart
Catherine de Médicis
Le Dauphin François
Jeanne D’Albret
C. La figure élogieuse d’une femme ou le cycle de Marguerite ( sonnets 174 à190)
D. Suprême éloge: représentation d’Henri II ( sonnet 191)

Introduction :

« Là où le regretdéplore la dépossession et la perte d’être, l’éloge célèbre la restauration dans l’être. […] Celui qui chante le regret dit enfin la plénitude… » . C’est par ces mots qu’Albert Py décrit l’espace poétique des Regrets. En effet, si l’ouverture du recueil tend vers un manque et une longue plainte de la part du poète depuis son arrivée à Rome, apparaît à partir du sonnet 155 et cela jusqu’à la fin, l’élogedestinée à différentes personnalités de son entourage.
Le recueil s’inscrit dans une période historique déchirée entre deux visions. L’une culturelle, concerne l’influence italienne importée en France sous François Ier et Henri II; l’autre politique, opposant ces deux hommes à une monarchie universelle souhaitée par Charles Quint. Alors que Joachim Du Bellay publie les Regrets en 1558, l’annéesuivante Henri II meurt tragiquement entraînant le début des guerres de Religion.
Du Bellay accorde une place primordiale à l’éloge dans ses sonnets en offrant un souffle moderne à la poésie de son temps.
Ses multiples louanges sont destinées , en crescendo, aux figures qu’il considère importantes, selon leur niveau social. C’est pour cette raison que les Regrets se concluent par un poèmeencomiastique dédié à Henri II. Personnalité à laquelle, Du Bellay a déjà rendu hommage dans son œuvre : Les Antiquités de Rome.
Par conséquent, nous nous sommes interrogées sur cette problématique: En quoi dans Les Regrets l’éloge a-t-elle une visée singulière et s’intensifie au fur et à mesure par une poésie encomiastique?

I) La significations de l’éloge dans les Regrets

A) Dans undictionnaire de la langue française, le sens du mot éloge se définit par : « Paroles écrites à la louange de quelqu’un , de quelque chose. » Cette signification s’accorde à celle donnée par Du Bellay. On la remarque à travers un vocabulaire riche et des champs lexicaux liés aux diverses louanges faites par le poète.
Tout d’abord, nous pouvons observer l’abondance de l’utilisation du mot « vertu »dans la grande majorité des poèmes. Ce mot sert à renforcer les qualités morales des personnes louées par le poète.
Ainsi, il s’efforce de montrer ce qu’il y a de meilleur chez ces Hommes. Parfois, il n’hésite pas à utiliser ce terme plusieurs fois dans le même sonnet. Les poèmes 165 et 166 en sont l’exemple:
S. 165 à « Quelque plus grand vertu, je chanterai sa grâce (…)
Ne diront un plussage et vertueux que lui »
S. 166 à « Si faut il toutefois que Bellay s’évertue,
Aussi bien que la mer, de bruire ta vertu »
Ce n’est pas pour rien si Du Bellay, souligne à deux reprises la nature immortelle de la vertu :
S.27 à «  Et la vraye vertu, qui seule est immortelle »
S.177 à « Si la vertu, qui est de nature immortelle »
Par la suite, divers champs lexicaux s’entremêlent dansla totalité des sonnets. On en relève trois principaux : celui de l’honneur, de la courtoisie et de l’esprit sain.
Le vocabulaire employé pour l’honneur est lié à la gloire, à la dignité , au courage :
S. 170 à « Tant de royal honneur et de royal grâce »
S. 189 à «  Je veux de la vertu les honneurs raconter »
De ce champ lexical découle une volonté de la part de Du Bellay de juger dignes de...
tracking img