Les souffrances du jeune werther.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2444 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Souffrances du jeune Werther. Goethe.

Apparaît à Leipzig, en 1774 à l'occasion de la foire d'automne chez le libraire Weygand, un mince roman épistolaire, d'une cent cinquantaine de pages. Titre : Les Souffrances du jeune Werther. Pas de nom d'auteur. Cependant, ce petit livre est rapidement victime de censure : les autorités locales, alertées, constatent que l'ouvrage faitl'apologie du suicide, qu'il est immoral, est en interdisent donc la vente. Vaine précaution. Et c'est peut-être le scandale et l'interdiction que provoque l'œuvre qui contribuent à son succès initial ainsi qu'à sa rapide et prodigieuse diffusion. On apprend plus tard que l'auteur est un avocat, âgé à l'époque de 25 ans : Johann Wolfgang Goethe. Cependant, son nom est modifié et remplacé par le nom dela ville où il est né, le 28 août 1749 : Francfort. Cet homme, fils d'une famille bourgeoise aisée et cultivée, sera alors universellement célèbre sous le nom de Dr Goethe de Francfort. On raccourcira, quelques décennies plus tard, son nom d'auteur en « Goethe ».
Je vous présenterai tout d'abord l'auteur ainsi que ses sentiments qui l'on conduit à son œuvre principale, puis je parlerai del'œuvre.

I. La vie de Goethe.

Comme je l'ai déjà dis avant, Goethe est né le 28 août 1749, dans la ville de Francfort, en Allemagne. Il fait des études de droit de 1765 à 1768 à l'université de Leipzig, et des études à l'université de Strasbourg en 1770. Il connut en cette année, son premier amour avec la fille du pasteur Frédéric Brion. Cet amour ne fut, cependant que bref,puisque Goethe partit un an plus tard.
En 1772, Goethe s'installe pour 3 mois à Wetzlar, vieille petite ville où depuis un siècle siégeait le tribunal du Saint Empire. Sur le conseil de son père qui voyait s'ouvrir devant lui une carrière d'avocat, Goethe avait alors 22 ans, il est avocat au tribunal d'Empire. Au cœur de la ville, un bailli du nom de Buff gérait les biens de l'Ordre. Avant de mourirla femme du bailli lui avait donné une quinzaine d'enfants, dont douze vivants. La seconde, Charlotte, dite Lotte, a 19 ans et tient lieu de mère aux autres. Elle sera la source de son inspiration pour écrire Les Souffrances du jeune Werther.
Un collègue de Goethe, un peu plus âgé que lui, nommé Kestner, est à cette époque entrain de se fiance tout doucement avec la chère Charlotte (sefréquentèrent 7 ans avant de se marier). Le 9 Juin 1772, la grand-mère de Goethe organise une partie de plaisir dans l'une de leur maison de chasse. Parmi les invités se trouve son ami Kestner, ainsi que la jeune Charlotte, avec qui Goethe se fait le plaisir de danser. Il est séduit par la grâce, la simplicité, l'impression d'équilibre et de santé morale qui émane de cette jeune fille. Le lendemain, il vaprendre de ses nouvelles et devient l'hôte à peu près quotidien de sa maison.
Le 13 août, il donne à la jeune fille un baiser. Kestner, qui aime et admire beaucoup de Dr Goethe, n'en fera pas un drame. Le lendemain au soir, Goethe revint chez Lotte et fut traité avec indifférence. Cependant, le 16, Goethe fut sermonné par Lotte, qui lui déclara qu'il ne pouvait espérer d'elle que de l'amitié. Àcette nouvelle, Goethe resta abattu.
Heureusement, un ami de Goethe, l'écrivain Merck, vient tirer son jeune ami du piège où il est en train de se prendre. Ingénieusement, il vante la beauté d'une voisine et ami de Lotte, laissant probablement entendre qu'elle conviendrait plus à Goethe que Charlotte. Et puis il lui fait souvenir que les trois mois prévus pour son séjour à Wetzlar touchent àleur fin, et qu'on l'attend chez la célèbre femme de lettres Sophie von Laroche, dotée d'une fille très jolie. Goethe traine encore trois semaines et finit par se décider. Le 10 Septembre au soir, Goethe annonce son départ, et le 11 dans la matinée, Kestner reçoit un billet de la part de Goethe afin de lui dire son « adieu ». Lotte en reçoit un aussi, plus sincère peut-être.
Était-il fou...
tracking img