Les sources et la réception de dom juan de molière au fil des siècles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (803 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les sources et la réception de Dom Juan de Molière au fil des siècles

Dom Juan est un mythe occidental moderne qui n’en finit pas de trouver des résonances idéologiques dans les époquessuccessives que la prospérité lui fait traverser.
Molière s’est inspiré du personnage principal El Burlador de Sevilla y Convidado de piedra de Tirso de Molina sauf que ce Dom Juan espagnol, qui passe sontemps à renier Dieu et séduire les femmes, demande à se confesser avant sa mort lors du dénouement. Après la pièce de Tirso de Molina, l’Abuseur de Séville (1630), celle de Molière (1665) a largementfavorisé et fondé la fortune de cette table, en donnant à son personnage éponyme la carrure d’un héros redoutable et fascinant, séduisant et amoral.
Au début d’août 1664, Molière vient d’adresser, sansbeaucoup d’illusions, son premier placet au Roi à propos du Tartuffe,et, comme il ne s’attend pas à ce que l’interdiction soit levée à brève échéance, il lui faut combler au mieux le vide crée àl’affiche par l’interdiction d’une pièce dont le succès était assuré. Sans doute est-il contraint d’achever plus rapidement que prévu la pièce qu’il a mise en chantier quelques mois plus tôt, et qui reprendle thème à la mode de Dom Juan.
Sans doute atteint par la virulence des attaques qu’on lui adresse, (certains libelles sont de véritables appels au meurtre tel ce sonnet anonyme qui circule dansParis et qui fut composé après la représentation de Dom Juan), aguerri par les précédents qui ont conduit à l’interdiction du Tartuffe (1663-1664), et surtout soucieux de ne pas compromettre laprotection du roi dont la troupe devient l’heureuse bénéficiaire dans le courant de l’année 1665, Molière se garde bien de riposter. Il renonce même au privilège royal qui l’autorise à faire publier son texte.La pièce semble tout bonnement réduite au silence, en partie avec la complicité de son auteur. Bâtarde et répudiée, la pièce Dom Juan n’en connaîtra pas moins une florissante postérité. Comme...