Les techniques bancaires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1774 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES TECHNIQUES DE FINANCEMENT A COURT TERME

Les crédits prospection :

L'entreprise qui se lance dans un effort de prospection vers des marchés nouveaux peut, pour alléger sa trésorerie, souscrire une assurance prospection auprès de la COFACE, Dans ce cas, elle pourra éventuellement profiter du parrainage bancaire, qui lui permet de bénéficier d'un financement intégral de sa prospection parsa banque, à un taux préférentiel.
L'entreprise bénéficie ainsi d'un taux intéressant pour financer le besoin restant et d'un allégement de son besoin de financement en période garantie, grâce aux indemnités reçues de la COFACE.

L'assurance prospection :

Ce dispositif permet aux exportateurs de financer une partie des frais de prospection, en se couvrant contre les risques d'échec de cettedernière.
Dépenses garanties : il s'agit de l'ensemble des frais engagés par l'entreprise pour sa démarche de prospection de la zone garantie, par exemple: location et aménagement d'un stand pour la participation à une manifestation, études de marché, déplacements à l'étranger des délégués de l'entreprise, création d'un site Internet, etc.
Fonctionnement : la durée de la garantie peut allerjusqu'à quatre ans. Elle est en général prolongée par une période complémentaire d'amortissement d'une durée égale à celle de la période garantie augmentée d'une année. Un taux d'amortissement est fixé au contrat (7% du CA pour les biens, 14% pour les services et 30% pour les licences, redevances et autres droits), et à la fin de chaque exercice, on établit un compte d'amortissement. Ce dernierreprend, au débit, les dépenses de prospection, au crédit l'amortissement. Le solde de ce compte constitue la perte indemnisable. Le niveau de l'indemnité est égal à 65 % de la perte indemnisable.
Liquidation du contrat : pendant la période garantie, l'assuré reçoit des indemnités calculées selon la méthode expliquée ci-dessus. Pendant la période d'amortissement complémentaire, il reverse à laCOFACE à la fin de chaque exercice, un amortissement égal au chiffre d'affaires réalisé que multiplie le taux d'amortissement. À la fin de cette période complémentaire, l'indemnité non amortie reste acquise à l'entreprise.
Coût : le coût de l'opération consiste en un droit d'ouverture du dossier (payable à la signature du contrat), ainsi qu’une prime de 3 % du budget de prospection couvert pourl'exercice considéré. Les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1,5 millions d'euros peuvent demander une avance sur indemnité égale à 32,5 % du budget annuel garanti. La prime passe dans ce cas de 3 % à 5 %.

Exemple : une entreprise dépose un dossier d'assurance prospection sur 2 ans. Le tableau ci-après décrit le déroulement des opérations:

Exercices
Dépenses garanties
aDépenses réelles
b
Dépenses prises en compte
c
CA réalisé
d

Amortissement
e
(7% de d)

Compte amortissement
f
(e-d)

Indemnité
Reversement
g
(65% de f)

Prime
3% de a
Période de garantie
Année 1
70000
69000
69000
85500
5950
-63050
-40983
2100
Année 2
60000
65000
60000
145000
10150
-49850
-32403
1800
Total

134000

16100
-112900
-73385
3900
Périodecomplémentaire
Année 3

155000
10850

10850
Année 4

195000
13650

13650
Année 5

320000
22400

22400
Total

46900
Résultat final

-26485

L'entreprise conservera 26 485 euros d'indemnités non amorties.

Les crédits de préfinancement :

Ces crédits permettent aux entreprises dont le cycle d'exploitation est relativement long de couvrir leurs besoins de financemententre la date de la commande et celle du règlement. Ils sont destinés aux entreprises qui exportent des biens d'équipement, ou qui sont responsables de grands travaux à l'étranger, en qualité de fabricant principal ou de sous-traitant. Le trésorier doit, à l'appui de sa demande, présenter un plan de financement faisant apparaître, mois par mois, les recettes et dépenses prévisionnelles, et le...
tracking img