Les technologies de l'inrfomation et de la communication

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2202 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Capitalisme et marché
jeudi 10 juillet 2008.

Dans quel monde vivons-nous ? Question fondamentale pour tout militant qui aspire à le changer ! Pour combattre et proposer un autre monde, il faut d’abord comprendre la réalité.
Economie de marché et capitalisme
Depuis Marx et Jaurès, un des acquis fondamentaux de la pensée socialiste réside dans la distinction entre économie de marché etcapitalisme.
Dans une économie de marché, les échanges sont majoritairement réglés par un mécanisme où le prix, exprimant la relation entre rareté de l’offre et caractère illimité de la demande, varie de telle manière à plus ou moins équilibrer offre et demande. Le marché est donc un instrument de mise en présence de l’offre et de la demande. La théorie économique a démontré que la réalisation del’équilibre économique par ce mécanisme est particulièrement hasardeuse ... Le « jeu du marché » n’est donc pas par nature propre au capitalisme !
Le capitalisme ajoute un élément fondamental à l’économie de marché : le salariat, c’est-à-dire la vente et l’achat de la force de travail. Celle-ci devient elle-même une marchandise. Ainsi l’économie capitaliste est caractérisée par une relation socialefondamentalement inégale entre ceux qui, d’un côté, possèdent les moyens de production et ceux qui, de l’autre, n’ont pour seule propriété que leur savoir-faire, leur savoir et leur capacité de travail et qui sont contraints de l’échanger contre un salaire pour vivre. Cette relation sociale inégale est d’ailleurs caractérisée comme telle par le droit du travail selon lequel le contrat de travail estun contrat de sujétion, c’est-à-dire qui établit un rapport de domination de l’employeur sur le salarié. Cette domination repose donc sur la propriété privée des moyens de production et permet l’appropriation de la plus value c’est-à-dire de la valeur supplémentaire créée par le travail du salarié. En effet l’ouvrier de Sao paulo comme celui de Sochaux produit une richesse supérieure à la valeurpayée de son travail. La différence entre cette richesse et ce salaire constitue le profit et nourrit l’accumulation du capital.
Quelques soient les évolutions que l’économie capitaliste aie connu, cette caractéristique fondamentale reste au coeur de celle-ci. En d’autres termes l’exploitation du travail n’a pas disparu de la relation salariale. Si changement et évolution il y a eu depuis 2siècles, c’est au niveau des rapports sociaux qui se nouent dans ce système économique et social qu’il faut les chercher.
La domination et l’exploitation au sein de l’entreprise ont en effet été limitées par la capacité des salariés à imposer une redistribution collective des richesses créées plus justes. L’action collective des salariés, reliées aux aspirations et aux besoins de la société, en liaisonavec l’aspiration à faire valoir l’intérêt général contre les intérêts privés, est à l’origine des progrès sociaux caractéristiques de nos sociétés développées.
Système de plein emploi fondé sur la stabilité de la relation salariale par le CDI, couverture collective garantissant une qualification, une grille salariale et une progressivité de carrière, une rémunération mensualisée, lareconnaissance des diplômes garantis par l’Etat, un système de droits sociaux garantis collectivement par la puissance publique, ...Ce système salarial a été arraché à la logique de la rentabilité du capital par deux siècles de luttes sociales, syndicales et politiques. Ces droits sociaux constitutifs de l’Etat social ont limité l’exploitation capitaliste mais ne l’ont pas fait disparaître.
Refuser dedistinguer économie de marché et capitalisme, c’est vouloir passer sous silence l’existence de cette relation sociale, c’est accepter l’exploitation... ou la nier !
« Le nouvel âge du capitalisme »
A la fin du XXe, un ensemble de décisions politiques ont eu comme objectif d’abolir ces limites. Ces politiques délibérées prises aux USA, en Grande Bretagne et dans toute l’Europe ont donc voulu et...
tracking img