Les textes littéraires et les formes d'argumentation souvent complexes qu'ils proposent vous paraissent-ils être un moyen efficace de convaincre et persuader ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1423 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pour éduquer les enfants, on recourt aux histoires peuplées de personnages inventés, souvent destinées à forger leur vision de la vie ou à les édifier. L’âge adulte oublie un peu ce goût du récit, considéré en tout cas comme moins sérieux que les autres formes d’argumentation. Cependant les écrivains comme La Fontaine et Voltaire savent le parti que l’on peut tirer de la force argumentative de lafiction. Pour La Fontaine : « Une morale nue apporte l’ennui, le conte fait passer le précepte avec lui ». Le corpus proposé est composé de différents textes : « Du Souverain ou de la République » de La Bruyère, « Paix » de Damilaville, « Guerre » de Voltaire et « La guerre de Troie n’aura pas lieu » de Giraudoux. Dans ces textes littéraires, en passant par le thème de la guerre, les auteurscherchent à convaincre et persuader le lecteur d’adhérer à leur opinion. Les écrivains, de toutes époques que ce soit, participent étroitement aux affaires marquantes de leur temps. Il est donc tout à fait normal qu’ils mettent leur art au service d’une cause politique, de leurs pensées et leurs opinions. Il s’agit de la « littérature engagée », par exemple, Zola dans « J’accuse ». Ici, nous pouvonsnous demander en quoi ce type de littérature est efficace et en particulier si les textes qu’elle produit, malgré la complexité de leurs formes d’argumentation, sont un bon moyen pour les auteurs de convaincre et persuader leurs lecteurs. Pour cela nous verrons tout d’abord quels sont les atouts de la fiction pour argumenter, convaincre et persuader. Par la suite, nous verrons si, peut-êtred’autres stratégies seraient plus efficaces et nous verrons les éventuelles limites qu’un texte littéraire et ses formes d’argumentation peuvent avoir quand à convaincre et persuader le lecteur, en quoi la complexité des moyens mis en œuvre peut être un frein.
Ici, nous entendons "convaincre" le fait que l’auteur cherche à amener le lecteur à reconnaître qu’une proposition, qu’un point de vue estvéridique, irréfutable. En ce sens la conviction repose essentiellement sur la raison qui avance des preuves. Tandis que nous entendons par "persuader" davantage le fait de dire ce que l’auteur cherche à faire partager au lecteur, son point de vue en jouant sur les émotions, sans forcément utiliser de preuves systématiques. Dans le corpus, les textes de La Bruyère et de L’Encyclopédie sont davantagedes textes de conviction alors que Voltaire et Giraudoux cherchent d’abord à persuader. La volonté de convaincre, donc de construire un raisonnement, utilise la logique comme arme privilégiée. La Bruyère, comme l’auteur de l’article "Paix", énonce des faits que nul ne peut réfuter. La logique se voit également dans l’opposition entre l’état de Paix et la guerre. Par contre, si l’auteur veutdavantage toucher le lecteur, il peut faire plus appel à ses sentiments qu’à sa raison, il peut employer un ton plus lyrique.La Bruyère utilise la dramatisation pour nous persuader avec les exclamations du début, l’accumulation des qualités qui nous fait regretter un peu plus la disparition du jeune Soyecour. De même, le texte théâtral, parce qu’il s’adresse très directement à des spectateurs présentsdans une salle, joue peut-être davantage sur la persuasion. En effet, le théâtre est un lieu où se trouvent réunis des personnes qui éprouvent collectivement des émotions semblables. Un autre procédé efficace pour convaincre ou persuader peut être relevé dans le corpus : il s’agit de l’ironie. Lorsque Voltaire veut dénoncer la guerre, il construit une fiction dont le but est de ridiculiser toutquelles que soient ses justifications. Dans Candide il dénonce la guerre, en montrant une réalité horrible, mais surtout absurde. Ainsi l’ironie est une composante essentielle de la stratégie argumentative. D’une manière plus générale, il existe une variété de genre de fiction, commençons par l’apologue. Les écrivains utilisent beaucoup les fables, qui avec leurs récits remplis d’animaux,...