Les textes: types et prototypes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1061 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les textes : types et prototypes.
J.M ADAM

1° - Critères pour une définition du récit.

2 définitions de C. Bremond :

• « Que par ce message, un sujet quelconque (animé ou inanimé, il n’importe) soit placé dans un temps t, puis t + n et qu’il soit dit ce qu’il advient à l’instant t + n des prédicats qui le caractérisaient à l’instant t ».

• Tout récit consiste en un discours intégrantune succession d’évènements d’intérêt humain dans l’unité d’une même action.
Par exemple : description, déduction, effusion lyrique, etc.

Où il n’y a pas d’intégration dans l’unité d’une même action, mais seulement chronologie, énonciation d’une succession de faits incoordonnés. Et où il n’y a pas d’implication d’intérêt humain. C’est par rapport à un projet humain que les évènementsprennent sens et s’organisent en une série temporelle structurée.

Constituants doivent être réunis pour que l’on puisse parler de récit :

• Succession minimale d’évènements survenant en « un temps t, puis t + n. »
(Tout ce qu’on raconte arrive dans le temps, prend du temps, se déroule temporellement, et ce qui se passe dans le temps peut être raconté, cependant le critère temporel n’en fait pasforcément un récit, il faut pour cela que cette temporalité de base soit emportée par une tension : la détermination rétrograde qui fait qu’un récit est tendu vers sa fin t + n organisé en fonction de cette situation finale).

• Unité thématique « sujet quelconque (animé ou inanimé, n’importe) »
(La présence d’un acteur semble être un facteur d’unité de l’action cependant l’unicité de l’acteur(principal) ne garantie pas l’unité de l’action. La présence d’au moins un acteur est indispensable).

• Des prédicats transformés
(Le récit achevé peut se lire comme la transformation d’un état donné en son contraire. La prévisibilité de ce parcours binaire définit la cohérence particulière du récit et marque sa clôture.)
On peut se contenter de l’idée des prédicats d’être, d’avoir ou defaire définissant le sujet d’état S en l’instant t (début de la séquence) puis en l’instant t + n (fin de la séquence).
Soit une formule des situations initiale et finale qui réunit les 3 premières composantes (A, B et C) en soulignant leurs relations et sans impliquer nécessairement l’inversion des contenus postulée trop grossièrement par la sémiotique narrative.

2° - Pragmatique du récit.Trois règles pragmatiques ont été édictées par Cicéron :

• Règle de concision (Loi d’économie).

• Règle de clarté.

• Règle de vraisemblance.

A laquelle les ouvrages classiques ajoutent :

• Loi d’intérêt.

Les règles de vraisemblable et de clarté semblent unanimement prescrites pour former un bon récit, l’intérêt ne s’accorde pas toujours avec la loi d’économie classique.

D’aprèsle « principe dialogique » la structure narrative à laquelle s’attachent les grammaires de récit n’est que superficiellement homogène : « Les énoncés longuement développés et bien qu’ils émanent d’un interlocuteur unique […] sont monologiques par leur forme extérieure, mais, par leur structure sémantique et stylistique, ils sont en fait essentiellement dialogiques ».

La thèse linguistique debase du principe dialogique est la suivante : « Tout discours est dirigé sur une réponse, et ne peut échapper à l’influence profonde du discours-réplique prévu ».
« Tout énoncé exige pour qu’il se réalise, à la fois la présence d’un locuteur et d’un auditeur. […] Toute expression linguistique, donc, est toujours orientée vers l’autre, vers l’auditeur, même si cet autre est physiquement absent ».« Tout énoncé est conçu en fonction d’un auditeur, c'est-à-dire de sa compréhension et de sa réponse ».

Le fait que le récit allégorique ne permette pas l’auditeur d’interpréter correctement la « maxime de morale » implicite oblige le narrateur à formuler explicitement une évaluation finale sous forme de « morale ».
On peut dire que la sanction du « et alors ? » manifeste la mauvaise...
tracking img