Les transformations économiques en algérie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5800 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les transformations économiques en
Algérie
Privatisation ou prédation de l’État ?
Pagination de l'édition papier : p. 177-194
Nous n’allons pas assainir, nous vendrons… L’État ne veut pas mettre un dinar de plus
dans les entreprises publiques qui sont régies par le droit commercial. Il appartient au droit
commercial et aux forces du marché d’agir comme ils l’entendent.
A. Temmar1
1 Apartir de l’étude du cas algérien, nous aimerions montrer que les politiques néolibérales
des institutions internationales peuvent produire des transformations sociopolitiques
complètement différentes des seuls effets économiques escomptés.
2 Les recommandations des institutions financières internationales sont commandées par
une double idéologie. Économiquement, c’est l’idéologie libérale dite duconsensus de
Washington qui est dominante. Pour résumer brièvement l’argument : dans une économie
libéralisée, la libre compétition des acteurs dans un jeu concurrentiel engendre la croissance à
travers les mécanismes du marché. Politiquement, c’est l’idéologie de la démocratisation qui
est prépondérante : le développement de la société civile est un moteur de la démocratisation.
Lacombinaison des deux crée une rhétorique pseudo‑savante qui allie démocratisation,
société civile et libéralisation (Fligstein, 1997 ; Hibou, 1998 ou Stiglietz, 2002). Sur le terrain,
les acteurs mobilisent ces catégories et ces concepts pour s’opposer, se démarquer, s’intégrer,
se définir, bref pour se faire entendre face à un pouvoir politique et des institutions peu
ouvertes ni habituées audialogue. Les pouvoirs publics ne sont pas en reste et mobilisent
le vocabulaire libéral et la rhétorique de la démocratisation pour faire face à la contestation,
garder leurs prérogatives et maintenir une façade moderne vis‑à‑vis des interlocuteurs
internationaux. Malgré les nombreuses et sérieuses critiques qui mettent en cause le bien‑fondé
de l’application pratique et théorique de cette doubleidéologie, les experts reprennent très
souvent ces notions telles quelles, sans retour critique, ni réflexion épistémologique, ni prise en
compte du contexte dans lequel elles furent originellement mises en oeuvre. Notre position est
résolument critique sur ces notions en tant que catégories d’analyse scientifique. Cependant,
nous les utiliserons à des fins illustratives car nous avons constatédans nos recherches que
ces concepts sont des « catégories en usage » et qu’elles sont constamment mobilisées par les
acteurs (notamment lors des entretiens réalisés).
3 L’hypothèse générale que nous soutiendrons ici est de montrer qu’aux projets de libéralisation
brutale de l’économie algérienne par les institutions financières internationales, vient se greffer
une politique endogène deprédation de l’État (libéralisations mal contrôlées, prises d’intérêts
et captation des ressources étatiques). Cette prédation est le résultat de l’effritement du pouvoir
et de la reconversion du personnel politique dans la sphère économique. Le résultat des deux
processus de libéralisation et de prédation est l’aggravation de la situation économique.
4 Nous reviendrons successivement sur les termesdu débat puis sur l’évolution du contexte
économique afin de montrer l’émergence récente des entrepreneurs algériens et de saisir les
dynamiques en cours de privatisation et de prédation.
Les transformations économiques en Algérie 3
Journal des anthropologues, 96-97 | 2004
La société civile, ses nouveaux acteurs et le secteur privé…
Une catégorie usée
5 Dans la version néo‑institutionnelledes recherches sur la démocratisation, la démocratie se
juge à l’aune de la participation politique d’éléments divers et variés de l’ensemble de la
société, que par commodité on nomme « société civile ». Le terme est commode et très utile
à la description : restons‑en‑là. Partons du principe que la société civile est une entité fictive,
constituée de différents groupes, et qui est un...