Les transgressions des valeurs courtoises, chevaleresques et chretiennes dans les lais de marie de france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2058 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les transgressions des valeurs courtoises, chevaleresques et chrétiennes dans Les Lais de Marie de France

Les lais, qui sont le produit des légendes et mythes de l’époque médiévale, sont des histoires courtes qui révoquent une aventure. L’intérêt de l’auteur des lais est non seulement pour le fantastique mais aussi pour la vie sociale, pour l’aventure, l’amour, la place des femmes dans lasociété (Beth Droppleman, Les Lais, Marie de France).

La littérature de la première moitié du 12ème siècle est différente de celle écrite par Marie de France. Pendant que la première moitié s’occupe de l’héroïsme, des faits extraordinaires des hommes sur les champs de bataille, la littérature de la seconde moitié introduit les histoires romantiques. Les héros sont caractérisé par la générosité,sacrifice, galanterie, comportement courtois dans les quêtes d’aventures. L’intérêt des écrivains de l’époque médiévale tourne vers l’amour, et donc les quêtes d’amour deviennent les plus fréquentes. Le prédécesseur de Marie de France, Chrétien de Troyes, a eu un grand apport dans les directions de la littérature envers l’amour.

Le contexte historique de la vie dans les siècles médiévales estdominé par l’éthique chevaleresque, courtoise et chrétienne. La chevalerie n’est pas héréditaire, elle se gagne par un homme qui démontre avoir les qualités de chevalier. Les vertues les plus importantes de la chevalerie sont la largesse et la prouesse.

La prouesse se “fait” de la vaillance et la loyauté: vaillance dans le combat, mais aussi dans la vie quotidienne; loyauté envers son seigneur, sonroi, sa dame, mais aussi envers son vassal. La largesse include la prodigalité, la générosité, le faste. Dépenser sans compter, mais aussi être généreux envers ses adversaires, envers les faibles, tel est le code de l’honneur chevaleresque.

Parce que le chevalier a bien des occasions de prouver ses qualités, dans la guerre, dans les fêtes, auprès des dames etc., tous ces valeurs se transformedans un style de vivre et sont “importées” dans la courtoisie, qui correspond très précisément au transfert de la notion de service. Il s’agit désormais de servir sa dame et de lui obéir en toute circonstance. La fusion de la noblesse et de la chevalerie a conduit vers la propagation des modèles chevaleresques. Une “idéologie” de classe prend contour, et l’éthique du siècle se constitue dans l’unitéde multiples valeurs: militaires, religieuses ou courtoises, en créant un idéal qui devient universel. Dès le Xème siècle puis au XIème , “l’idéologie” chevaleresque n’est plus l’apanage seul du roi. Elle s’est formée peu à peu, sous l’influence de l’Eglise, de la noblesse et de la littérature, dans une idéologie vulgarisée pour un nombre plu large des hommes.

L’Eglise cherche de limiter lepouvoir des chevaliers, en les mettant au service de sa cause, et en en faisant des défenseurs de la chrétienté. L’Eglise se forme elle aussi des valeurs et normes qu’on doit obéir et a une influence enorme dans la vie quotidienne des gens.

La littérature a aussi un rôle très claire dans la dissémination des valeurs de la chevalerie et de la morale religieuse et aussi introduit dans le monde dela chevalerie la dimension féminine en valorisant les vertus de l’amour courtois.

L’amour courtois est un thème récurrente dans l’œuvre de Marie de France. Elle a l’origines dans le 11eme siècle avec les troubadours qui chantaient leur amour pour les femmes de la houte société, qui appartenait a un autre; cette idée d’amour de sacrifice et inaccompli la plupart des occasions c’est le fin amor.Cette idée de fin amor a été prise par les nobles, et malgré que l’idée d’amour idéal valait beaucoup, cela ne voulait pas dire que le statut de la femme était un privilégié. La réalité de l’époque c’était que les femmes n’étaient pas les décideurs en ce qui concerne le mariage par exemple; c’était la famille qui décidait avec qui devrait la jeune fille se marier, et cela c’était pour des...
tracking img