Les trente glorieuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1341 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En quoi la période 1945/1975 , dite les trente glorieuses, est-elle exceptionnelle dans l'histoire économique de l'Europe occidentale ?

INTRO :

Au premier coup d’œil, la réponse paraît d’être évident. Les trente glorieuses sont exceptionnelles dans l'histoire économique de l'Europe occidentale, parce que leurs économies ont connu dans ces 30 ans une extrêmement forte croissance économiqued’une moyenne annuelle de 4%. En plus cette croissance est caractérisée par sa régularité tout au long de la période entraînant une forte baisse du taux de chômage. Mais est-ce que cette période de croissance est vraiment aussi exceptionnelle dans le sens qu’elle ne s’inscrit pas dans les cycles économiques plus larges et qu’elle n’est guère explicable par nos modèles de croissance économique ?

•Dans une première partie, j’essaye de découvrir les sources de cette croissance. Comme ça on pourra analyser si cette période peut être expliqué par nos modèles économiques standards et n’est donc peut-être pas aussi exceptionnelle.

• Dans la deuxième partie, j’analyse si cette période de croissance est vraiment exceptionnelle dans l’histoire économique de l’Europe et si cette croissances’inscrit dans des cycles économiques.

I.
En premier lieu, cette croissance peut être expliqué d’une très bonne façon par le modèle de croissance de Solow. Ce modèle explique que la croissance résulte dans le long terme des facteurs exogènes, alors le progrès technique et la croissance de la population.

Dans le court terme par contre et dans des pays qui n’ont pas encore atteint l’étatstationnaire, la croissance économique peut s’expliquer par l’accroissement quantitatif du capital et du travail jusqu’à ce que les rendements du capital deviennent décroissants. Solow avait prévu que si deux pays avait le même taux d’épargne et différent seulement par leur capital par tête, le pays pauvre en capital vont connaître une croissance plus rapide que le pays riche, puisque la productivitémarginale de son capital est plus forte. Le pays riche dans la période des trente glorieuses était les Etats- Unis tandis que les pays pauvres constituait celles de l’Europe occidentale.

Donc, l’épargne et l’investissement, qui était soutenu et stimulé par des politiques économiques kénéysienne et le Plan Marshall, ont donc pu engendrer une croissance élevée, aussi long temps que la productivitémarginale du capital était forte. Alors en fait, dans les trente glorieuses, on assistait à un phénomène de rattrapage de l’Europe qui selon le modèle de Solow nous aurait dû conduire à une convergence des économies européennes et celle des Etats- Unis.

C’est effet de rattrapage par contre n’explique pas entièrement la croissance élevée des pays européen après la seconde guerre mondiale. Des facteurscaractérisés par le modèle de Solow comme exogène ont d’avantage favorisé la croissance des pays de l’Europe occidentaux pendant les trente glorieuses.

• En premier lieu, l’Europe a vu dans l’après-guerre une croissance démographique importante. Comme le prévoit le modèle, « Le baby boom », alors la croissance démographique, a entraîné une augmentation de la productivité marginale du capital.Ceci est le cas parce qu’on a besoin des capitaux supplémentaires pour équiper les nouveaux travailleurs qui entrent dans le marché du travail.

• En deuxième lieu, l’Europe occidentale a connu une hausse de la productivité grâce au progrès technique qui était dans le cas de l’Europe véritablement exogène. Grâce aux transferts continue de techniques américaines et l’imitation du modèleaméricain, c’est-à-dire le taylorisme (salaire à l'heure et réorganisation du travail) et le compromis fordiste (redistribution au consommateur). C’est aussi grâce à cete imitation du modèle économique que les Européens ont pu augmenter leur productivité et donner naissance à une consommation de masse liée à la baisse des prix réels et l’augmentation du pouvoir d’achat.

Pourtant la croissance...
tracking img