Les trentes glorieuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3555 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les trente Glorieuses

-Révolution invisible de 1946 à 1975
-La croissance française en pourcentage
De 1913-1950 = 1.15%
De 1950-1973 = 5.05%
De 1973-2000 = 2.10

L’explication des 30 glorieuses : Le moteur de la croissance économique n’est pas l’accumulation du capital mais le progrès technique. De la machine à vapeur à l’électricité, ce sont les technologies nouvelles qui permettent autravail humain d’être toujours plus productif.

Une des causes de l’arrêt des 30 glorieuses : la fin du rattrapage américain. Les 30 glorieuses marquaient en fait une période de convergence vers les Etats-Unis.
-Rapport Français/revenu américain (par habitant):
PIB/HABITANT :1870=0.76 1913 =0.65 1950=0.5 1973=0.8
L’écart de niveau de vie ne cesse de se creuser depuis la moitié du XIXe( lesdeux guerres mondiales et la dynamique économique des Etats Unies(1920))
Le niveau de vie des Français est un tiers de celui des américains.
En 1973, la France est à 80% du niveau de vie américain.
Amérique : pays constitué d’un stock élevé de savoirs techniques et organisationnels.

La fin du fordisme
Croissance vigoureuse et chômage bas ont façonné nos système de retraites et lefonctionnement du marché du travail.
Le miracle d’une régulation dites fordistes= gains de productivité + hausses des salaires
Au XIXe, le progrès des techniques et de la productivité étaient toujours en avance sur ceux des salaires, créant toujours un climat de surproduction.
La consommation était toujours au dessus de l’offre potentielle, ce dont témoigne la baisse des prix au cours de cette période.L’enjeu véritable du mode d’organisation fordiste est de bien payer ses ouvriers pour mettre fin à l’absentéisme.
Les hausses de salaires provoquent l’amélioration de la productivité ouvrière
La fin des trente glorieuses laisse la place au syndicalisme, mouvement ouvrier, et dit au revoir à une époque où les ouvriers négociaient leurs augmentations fièrement avec leurs patrons qui s’imposaientensuite à toute la société.

Le passage d’une société où l’essentiel des ressources est consacré à se nourrir, à un monde où l’on part en vacances, où l’on regarde la télévision.
Le monde moderne n’est pas que le passage d’une société rurale à une société industrielle, mais aussi à une société de services.
« Tout se passe comme si le travail humain était en transition de l’effort physique versl’effort cérébral » DANIEL BELL

1.Secteur primaire : agriculture
2.Secteur secondaire: industrie et bâtiment
3.Secteur tertiaire: services marchands et non marchands

1913 39 34 27
1949 30 38 32
1974 11 45 43
1990 6 38 55
2003 4 23 73

Le déversement de l’emploi de l’industrie vers les services.Les métiers du services on ne peut pas les mécaniser ou les robotiser, ceux qui créer des emplois et ne les supprime pas.
Les salons de coiffeur sont protégés de la concurrence des machines, pas les théâtres.
Aujourd’hui la tertiarisation : le grand espoir est devenue un désespoir, car les ouvriers sont soumis à la dictature du client « juste à temps », l’entreprise assurait des emplois, leshiérarchies des entreprises sont devenues beaucoup plus plates.
Le « nouvel esprit » du capitalisme valorise l’autonomie en théorie et multiplie l’insécurité, le stress en pratique.

DEUX VILLAGES:

DIFFERENCES ECONOMIQUES:

Madère : DOUELLE EN QUERCY (1946) un village sous développé de type Turquie, Grèce. Etat traditionnel ou préindustriel
-population chrétienne
-534 habitants
-40 plus de70 ans et 210 moins de 20 ans
-très peu d’enfants continuent après l’école primaire élémentaire, 50 sur 4000 ont le baccalauréat.
-279 actifs 208 sont agriculture, 27 artisans, 12 commerçants
- très peu de capital et l’engrais chimique est très peu utilisé
- irrégularité climatique
- alimentation de base: soupe, légumes, graisses de porcs
-reste de la consommation personnelle est...
tracking img