Les trois âges de l'émigration algérienne en france

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 9 (2221 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 8 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire

1 – Présentation

1. – Le Texte
2
2. – L’auteur
2
3. – Contexte
3

2 – Résumé

2.1 – Le premier âge de l’émigration : une émigration sur ordre
4
2.2 – Le deuxième âge de l’émigration : la perte de contrôle
5
2.3 – Le troisième âge de l’émigration : une « colonie » algérienne en France
6

3 –Analyse

3.1 – Un processus en trois temps
7
3.2 – Une double ségrégation
7-8
3.3 – Les origines de cette émigration
9

Bibliographie

1 – Présentation

1. – Le texte

Le texte étudié ici est un article de Abdelmalek SAYAD, « Les trois âges de l’émigration algérienne en France », parue dans « Actes de la recherche en sciences sociales »,1977, volume 15, numéro 1, pages 59 à 79.
Cet extrait est disponible sur le site internet Persée[1].

2. – L’auteur

Abdelmalek SAYAD est né en 1933 en Kabylie (Algérie) et est décédé en France en 1998. Entré à l’école à l’âge de sept ans, il continue sa scolarité jusqu’à une formation d’instituteur à Alger. Il est par la suite nommé instituteur dans une école de la casbahd’Alger.
Il poursuit par la suite ses études à l’université d’Alger, où il fait la rencontre de Pierre Bourdieu et devient son assistant.

En 1963, il s’installe en France. D’abord vacataire au Centre de Sociologie européenne de l’EHESS[2], il intègre en 1977 le CNRS[3] en tant que directeur de recherches en sociologie.
Fin connaisseur de la communauté nord-africaine en France, ila été décrit comme un Socrate d’Algérie.

En sociologie, il renouvelle la question de l’immigration sur laquelle il va porter un double-regard : non seulement prendre en compte l’immigré, mais aussi l’émigré. C'est-à-dire analyser les variables d’origine, les caractéristiques sociales (aptitudes socialement déterminées dont le sujet est porteur avant l’émigration), et les variablesd’aboutissement, ensemble de variables qui, dans la société française, vont déterminer le devenir du sujet.
3. – Le contexte

Jusqu’aux années 60, l’immigration était un phénomène non reconnu en Europe :
« La France est un pays d’immigration qui s’ignore »
Schnapper

Alors que la sociologie comme discipline acquière une certaine légitimité scientifique etmédiatique en Europe, l’immigration reste un objet marginal. Elle n’est considérée que comme provisoire. Le rôle des immigrés se limite dans le monde ouvrier et est vu comme secondaire, et leur place dans la société n’est donc pas prise en compte.

A partir des années 1970, sous la demande politique, des enquêtes sociologiques descriptives commencent à se multiplier, sur, notamment, la santé et lelogement des immigrés. Ces travaux sont essentiellement descriptifs. Les études portent donc sur l’adaptation en France.

Il faudra attendre l’apport de Sayad pour que naisse une sociologie de l’immigration et se développe une problématique propre aux rapports de pouvoir et de domination. Il place l’émigration/immigration comme un « fait social total » qui doit englober l’ensemble duprocessus et concerner l’ensemble des sciences sociales.

2 - Résumé

Abdelmalek Sayad, dans l’article « Les trois âges de l’immigration algérienne en France », démontre que toute étude de l’émigration négligeant les conditions d’origine des émigrés ne serait que réductrice. En France, c’est l’immigré qui est pris en considération, non l’émigré. La problématique est alors celle de l’adaptation à lasociété d’accueil, faisant apparaître les conduites des émigrés comme des « manquements ».

Il faut donc étudier les variables d’origine[4] et les variables d’aboutissement[5]. Leur confrontation a conduit à rompre avec la vision d’une immigration homogène. L’étude des trajectoires complètes a aussi permis de casser l’image stéréotypée de l’immigration ponctuelle.

L’analyse...
tracking img