Les unites commerciales

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1100 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’UNITE COMMERCIALE
L’UC est un lieu physique ou virtuel permettant à un client potentiel d’accéder à une offre de produits et de services.
A) un lieu physique
Ce peut être un magasin, un hypermarché, un supermarché, une agence commerciale, une agence bancaire, une agence d’intérim, une société de location de véhicule (exemple : BNP PARIBAS, carrefour…). Le client accède à l’offre deproduits et de services en entrant en contact physique avec les produits ou les services (exemple : aller à la SNCF s’acheter un billet de train). Il voit les produits, il peut les toucher, les comparer et avoir des conseils.
B) un lieu virtuel
Un site marchand sur internet, une émission de téléachat sont des lieux virtuels de vente. C'est-à-dire que le client accède à une offre de produits etde services à un contact virtuel.
Il est dans ce cas éloigné du vendeur. L’entrée en contact s’effectue par le biais de médias qui ne sont autres que : catalogue, téléachat…
La réponse de l’acheteur passe elle aussi par un média de commande : bon de commande, courrier, mail, téléphone…
Les ventes en UC physique. *A) La* vente de produits
Les magasins à dominante alimentaire.Les hypermarchés : surface au moins = à 2500 m² ; vente au détail ; libre service ; prix très compétitifs ; assortiment alimentaire et en marchandise générale ; payement centralisé en caisse de sortie ; horaires d’ouverture prolongées ; en général ils sont en périphéries ; vaste parking.
Les supermarchés : vente au détail ; surface entre 400 m² et 2499 m² ; libre service; alimentaire et quelques produits généraux ; règlement en caisse ; les enseignes les plus répondues sont Intermarché et carrefour market.
Les hard-discounters : libre service ; assortiment de produits limité (moins de choix) ; produits de base ; succès  prix bas et promotion ; les enseignes dominantes : lidl, Aldi, leader Price.
Les petits commerces de proximité :petits magasins ; surface peut être inférieure à 120 m² (exemple : boulangerie) ; supérette entre 120 m² et 400 m² ; magasins de dépouillage (24/24).
Les magasins à dominantes non alimentaire. 2 catégories : les généralistes et les spécialistes :
Généralistes : grands magasins (plus de 2000 m² ; implantation urbaine ; niveau de service élevé, assortiment large, exemple: galeries Lafayette, printemps, le bon marché) et les magasins populaires (250 à 300 m² ; assortiment plus réduit en alimentaire et en non alimentaire ; son objectif est de satisfaire les besoins courants de la clientèle ; exemple : monoprix).
Spécialistes : GSS : grandes surfaces spécialisées (la profondeur de l’assortiment dans une ligne de produit est leur principalespécificité, elle se développe sur des secteurs très variés : équipement de la maison, loisirs, sport, beauté ; elle propose le meilleur rapport qualité/prix. Le mégastore est un point de vente de distraction pour le client) et petites surfaces spécialisées (surface inférieure ou égalent à 100 m². elles proposent un assortiment profond dans un univers de produits donnés)
B) La ventede services.
Ils peuvent être proposés dans des espaces commerciaux plus ou moins important. Cette offre s’effectue selon leur variété en agence, en salon, en cabinet… par exemple : une agence bancaire du crédit agricole, Disneyland…
Les ventes hors UC physiques Les différents types de vente à domicile La vente en porte à porte : le vendeur effectue sa tournée sansrendez-vous préalable et propose son offre à une clientèle potentielle.
La vente sur rendez-vous : le vendeur est attendu et les ventes se font grâce au rapport de confiance entre le vendeur et le client.
La vente en réunion : elle consiste à faire inviter par la maitresse de maison un groupe de personne de ses connaissances pour leur présenter des produits non alimentaire....
tracking img