Les vertus des huiles essentielles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2209 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Pourquoi utilisons-nous les huiles essentielles dans la cosmétique ? Voilà une question intéressante qui nous conduit à parler des nombreuses vertus des huiles essentielles. Alors que l’odeur nous vient à l’esprit en premier on se rend vite compte que les huiles essentielles ont des qualités bien plus intéressantes. Nous parlerons d’abord de la phytothérapie puis de l’aromathérapie, nous finironspar évoquer les qualités de conservateurs des huiles essentielles.

I) La phytothérapie.

En effet les huiles essentielles sont connues pour leurs qualités phytothérapeutiques.
Mais alors se posent deux questions :
- qu’est ce que la phytothérapie ?
-en quoi les huiles essentielles ont-elles des vertus phytothérapeutiques ?

a) Qu’est ce que la phytothérapie ?

J’ai d’abord euenvie d’obtenir une définition exacte de la phytothérapie. Et la première chose que je me demande est si cette thérapie est prise au sérieux scientifiquement car, pour beaucoup, les plantes médicinales et la phytothérapie ne sont que des remèdes de grands mères qui ne soignent que lorsqu’on y croit. Je veux en savoir plus.
Dans le dictionnaire Hachette, la phytothérapie est simplement décrite comme« le traitement des maladies par les plantes ». Cette définition m’interloque puisque selon elle il s’agit d’un « traitement » et en médecine un traitement médical est l'acte de porter remède à un problème de santé.

Cependant d’après wikipédia on peut distinguer deux types de phytothérapie je cite :
• Une pratique traditionnelle, parfois très ancienne basée sur l'utilisation de plantes selonles vertus découvertes empiriquement. Selon l'OMS, cette phytothérapie est considérée comme une médecine traditionnelle et encore massivement employée dans certains pays dont les pays en voie de développement. C'est une médecine non conventionnelle du fait de l'absence d'étude clinique.
• Une pratique, basée sur les avancées et les preuves scientifiques, et sur les extraits actifs des plantes.Les extraits actifs identifiés sont standardisés. Cette pratique conduit aux phytomédicaments et selon la réglementation en vigueur dans le pays, leur circulation est soumise à l'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour les produits finis, et à la réglementation sur les matières premières à usage pharmaceutique (MPUP) pour les préparations magistrales de plantes médicinales, celles-ci étantdélivrées exclusivement en officine. On parle alors de pharmacognosie ou de biologie pharmaceutique.

Finalement ici je réponds bien à la première question que je me suis posée : il existe des procédés phytothérapeutiques qui sont reconnus scientifiquement et d’autres qui ne le sont pas.
Ceci est en grande partie du aux nombreuses précautions d’emploi de la phytothérapie. On a vu que ce sont lesprincipes actifs présents dans les plantes qui représentent les fondements de la phytothérapie. Or certaines plantes contiennent des principes actifs qui peuvent être extrêmement puissants, et d'autres sont toxiques à faible dose. Ainsi « le fait que l'on n'utilise que des plantes ne signifie pas que cela est sans danger, la culture libre de certaines plantes est interdite dans certains pays, lecas le plus courant étant le pavot dont la culture est réglementée en France et destinée à la seule industrie pharmaceutique » d’après wikipédia.
Plus précisément, la pharmacologie reconnaît l'action bénéfique de certaines plantes et s'attache donc à extraire le principe actif de ces plantes. Il est vrai que lorsque l’on consomme la plante de façon brute on consomme tous les autres produitscontenus dans la plante et ceux là peuvent ne pas être curatifs voire être toxiques. Mais le problème le plus important est qu’en utilisant la plante de manière brute on ne permet pas de connaître la dose exacte de principe actif ingéré cela entraîne un risque de sous-dosage ou de surdosage. D’autre part la composition d'une plante peut varier d'un spécimen à l'autre, car cela dépend du terrain, des...
tracking img