Les viaducs

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3117 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES VIADUCS

[pic]

SOMMAIRE

I. Introduction

II. Définition du viaduc

❖ Exemple du viaduc n°16 du canal du Lamentin

III. Les fondations

❖ Définition

A. Les fondations superficielles

❖ Définition

❖ Les différentes étapes à la réalisation

B. Les fondations profondes

❖ Définition

❖ Le fonctionnement

❖ Lesdifférents types de pieux

IV. Réalisation d’une semelle de pile dans un sol saturé d’eau

V. Conclusion

VI. Annexe

INTRODUCTION

Pour la réalisation d’un viaduc, plusieurs problèmes se présentent à nous. L’objectif est de démontrer qu’il est important de prendre en compte les exigences attendues pour la réalisation de ce projet. Et pour cela il faut la base sur laquelle reposeles constructions, ce sont les fondations. Il s’agit d’une étape principale.

Quels sont les différents types de fondations ?

Quels sont les conditions et modes opératoire attendus pour les fondations ?

A quoi sert chaque type de pieux ?

Quel est la fonction du batardeau ?

Nous verrons donc le rôle des fondations dans la stabilité de la structure,ensuite nous mettrons en relation les contraintes à respecter et les solutions techniques retenues, puis nous étudierons les démarches à suivre pour la réalisation d’une semelle de pile dans un sol saturé.

DEFINITION

Pour beaucoup le viaduc ou le pont autoroutier n'est qu'un ouvrage d'une certaine longueur qui s’impose pour relier deux points lorsque les pentes sont trop fortes. Hors, c'estplus complexe vu de près, à commencer par les études relatives à la nature du sol et à l'architecture. Ensuite vient la phase de construction aux techniques variées. Il est constitué par des piles et un tablier. Le nombre de piles voulues et la longueur du tablier imposent la nature de l’ouvrage.

Ainsi, on utilisera le pont à haubans (comme l’image si dessous) pour franchir un fleuve, avec untablier de grande longueur et un minimum de piles. Pour un ouvrage court et un minimum de piles on utilisera un pont à béquilles. Pour un ouvrage sans contrainte du nombre de piles, le viaduc à travées continues sera retenu.

Et c'est loin d'être terminé : Comme un viaduc est un ouvrage "vivant", il faudra suivre son évolution, l'entretenir en remplaçant les câbles en acier ou encore en bouchantles fissures pouvant apparaitre au fil du temps, contrôler aussi les mouvements du terrain.

[pic]

Exemple du viaduc n°16 du Canal du Lamentin

[pic]

Le réaménagement de l’échangeur du Canal du Lamentin se justifie par la nécessité :

- d’une continuité du site propre dans le sens aéroport / Fort de France ;
- d’atténuer l’engorgement du trafic sur la commune du Lamentin ;
- deremédier aux désordres importants constatés sur la culée de l’ouvrage d’art dénommé PI 16 ;
- de réduire la saturation de l’échangeur d’Acajou.

[pic] [pic]

LES FONDATIONS

Les fondations agissent comme interface entre la structure et le sol naturel. Elles ont comme fonction de distribuer l'ensemble des charges de l'ouvrage dans le sol. Si leur dimensionnement est convenable, les contraintesgénérées dans le sol suit au chargement ne vont pas entraîner la rupture du sol.

Les facteurs contrôlant le choix de type de fondation :
• La nature de l’ouvrage à fonder ;

• La nature du terrain ;

• Le coût.

On peut citer trois grands types de fondations :

o Les fondations superficielles

o Les fondations semi-profondes

o Les fondations profondesFONDATIONS SUPERFICIELLES

Les fondations superficielles sont la partie des fondations qui ne fait que reposer sur le sol, ou s’y enfonce très légèrement.
Les semelles sont utilisées lorsque la capacité portante du sol est suffisante. Ils ont l'avantage d'être rapide à exécuté, et d'avoir un coffrage simple. Elles sont largement utilisées dans la réalisation d'ouvrages qui produisent des...
tracking img