Les vices du consentement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 42 (10403 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Fiche à jour au 15 janvier 2009

FIICHE PÉDAGOGIIQUE VIIRTUELLE CHE ÉDAGOG QUE RTUELLE
Diplôme : Licence en droit, 3ème semestre Matière : Droit des obligations Web-tuteur : Jézabel Jannot, Clément Durez.

SÉANCE N°3 - LES VICES DU ÉANCE N CONSENTEMENT (1) : L’ERREUR L ERREUR SOMMAIIRE OMMA RE
I.
A. 1.

LES DIFFÉRENTS TYPES D’ERREUR..............................................3
LESERREURS NON SANCTIONNÉES _____________________________________ 3 LES ERREURS INDIFFÉRENTES ________________________________________ 3 Civ. 1ère, 13 février 2001 : erreur sur les motifs ......................................................... 4 Com., 18 février 1997 : erreur sur la valeur ................................................................ 5 2. L'ERREUR INEXCUSABLE_____________________________________________ 6 Civ.1ère, 16 décembre 1964 : l’erreur grossière est inexcusable.................................. 6 Civ.3ème, 21 février 2001 : le dol chasse l’inexcusable................................................. 7 B. 1. LES ERREURS SANCTIONNÉES _________________________________________ 8 L'ERREUR-OBSTACLE _______________________________________________ 8 Date de création : annéeuniversitaire 2003/04

2 Civ.3 , 1 février 1995 : erreur sur l’identité de la chose ............................................................................................................................. 8 Civ.1ère, 4 juillet 1995 : erreur sur le prix non flagrante.......................................... 10 Civ.1ère, 2 juin 1987 : erreur arithmétique................................................................. 11 2. L’ERREUR VICE DE CONSENTEMENT __________________________________ 11 Civ. 1ère, 5 février 2002 : l’authenticité d’une œuvre d’art est une qualité substantielle de la chose ............................................................................................. 12 Civ.1ère, 22 février 1978: l’affaire Poussin (1)..................................................... 13 Civ.1ère, 13 janvier 1998 ............................................................................................. 13 Civ. 1ère, 27 février 2007............................................................................................. 14 Civ.1ère, 5 février 2002 (arrêt non reproduit) : l’aptitude d’un animal au travail est une qualité substantielle de la chose......................................................... 15 Paris, 2eme ch. A, 4 janvier 2000 : l’existence d’un règlement de copropriété est une qualité substantielle........................................................................................ 15 Civ.1ère, 22 novembre 1977 : la marque d’un poste de télévision n’est pas une qualité substantielle............................................................................................. 16
ème er

II.
A. 1. 2.

MISE EN ŒUVRE DE LA SANCTION DE L’ERREUR .............17
LES DIFFÉRENTS CARACTÈRES QUE DOIT REVÊTIR L'ERREUR ______________ 17 CARACTÈRE EXCUSABLE ____________________________________________ 17 CARACTÈRE DÉTERMINANT _________________________________________ 18 Civ.1ère, 13 décembre 1983 : l’affaire Poussin (2).................................................... 18 Civ.1ère, 24 mars 1987 : l’aléa chasse l’erreur ou l’affaire du « Verrou de Fragonard »................................................................................................................ 19

3.

ERREUR DE FAIT ET ERREUR DE DROIT ________________________________ 20 Civ.3ème, 24 mai 2000 : croyance erronée du vendeur en l’existence d’un droit depréemption..................................................................................................... 20

B.

LA SANCTION DE L'ERREUR _________________________________________ 21

3 Aux termes de l'article 1108 du Code civil, le consentement de la partie qui s'oblige est une condition essentielle de validité des conventions. L'intégrité de ce consentement doit être protégée,...