Les ville gallo romaines

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4900 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une greffe réussie
ANDRE BUISSON

[pic]

[pic]
 

| |
| |
|La ville gallo-romaine, souvent ville nouvelle, n’a plus rien en commun avec les villes gauloises de l’indépendance. Par ses monuments, son |
|administration, le mode de vie qu’ellepropose, c’est là que s’est opérée la romanisation de la Gaule. Tout en douceur, sans qu’il fût besoin|
|d’y implanter une armée d’occupation trop conséquente. |
| |
||
|Comme les découvertes archéologiques récentes l’ont bien montré (voir TDC n° 670, « La Gaule de Vercingétorix »), la Gaule indépendante avait|
|acquis les bases d’une urbanisation. Mais, en procédant à la conquête de ce territoire, les Romains ne pouvaient pasenvisager de donner aux |
|peuples soumis une autre image de la ville que celle de Rome, la Ville par excellence, qui coïncidait pour eux avec le modèle de |
|civilisation. |
|La conquête de la Gaule s’est effectuée en deux temps, de 125 à 121 pour laNarbonnaise puis de 58 à 52 avant J.-C. pour la Gaule chevelue. |
|La romanisation avait donc largement commencé en Gaule du Sud, avec la fondation de villes comme Aquae Sextiae (Aix-en-Provence), Narbo |
|Martius (Narbonne) ou Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges), lorsque César entama la guerre des Gaules. On ne peut guère dresser |
|de bilan de cette politique en profondeur avantle règne des Julio-Claudiens, mais on constate que, vers 50 de notre ère, la Gaule est dotée |
|d’un tissu urbain dense et complexe, formé de villes aux statuts juridiques variés, des colonies romaines où l’on est citoyen romain aux |
|cités pérégrines où l’on ne bénéficie d’aucun des droits accordés par les Romains. Elles portent des noms d’origines diverses, mais elles ont|
|toutes encommun d’avoir été fondées par le conquérant, sur l’emplacement des agglomérations gauloises ou mieux, à distance, afin de rompre |
|avec le passé indépendant et de s’intégrer au réseau des axes de communication réorganisé par Auguste et Agrippa à partir de Lugdunum. |
|Résider en ville était la seule manière, pour les habitants de la Gaule, d’obtenir le parrainage des notables et ainsi,quelquefois, |
|d’acquérir un statut social supérieur à l’intérieur de cette société gallo-romaine très hiérarchisée. La tête en était formée par les |
|descendants des anciennes familles de l’aristocratie gauloise, les premiers à avoir pu profiter des largesses du conquérant. |
|PLUSIEURS SORTES DE GAULOIS...|
|Les recherches archéologiques ont prouvé qu’une réelle différence culturelle existait entre les Gaulois du Midi et ceux du nord de la Gaule :|
|ceux du sud utilisaient communément la pierre de construction pour leurs agglomérations, maisons, bâtiments publics, enceintes puissantes (à |
|Nîmes, Nages, Ambrussum, Entremont par exemple) ; ceuxdu nord construisaient leurs maisons et sanctuaires plutôt en bois et en terre, et |
|leurs systèmes de défenses et remparts étaient réalisés grâce à un assemblage de bois et de pierre, comme c’est le cas pour le murus gallicus|
|décrit par César à Bibracte et découvert par la fouille sur de nombreux oppida. |
|Cependant, c’est...
tracking img