Les vraies richesses giono

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1764 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« On a dû te dire qu'il fallait réussir dans la vie ; moi je te dis qu'il faut vivre, c'est la plus grande réussite du monde. On t'a dit : « Avec ce que tu sais, tu gagneras de l'argent ». Moi je te dis : « Avec ce que tu sais tu gagneras des joies. » C'est beaucoup mieux. Tout le monde se rue sur l'argent. Il n'y a plus de place au tas des batailleurs. De temps en temps, un d'eux sort de lamêlée, blême, titubant, sentant déjà le cadavre, le regard pareil à la froide clarté de la lune, les mains pleines d'or mais n'ayant plus force et qualité pour vivre ; et la vie le rejette. Du côté des joies, nul ne se presse ; elles sont libres dans le monde, seules à mener leurs jeux féeriques sur l'asphodèle et le serpolet des clairières solitaires. Ne crois pas que l'habitant des hautes terres ysoit insensible. Il les connaît, les saisit parfois, danse avec elles. Mais la vérité est que certaines de ces joies plus tendres que les brumes du matin te sont réservées à toi, en plus des autres. Elles veulent un esprit plus averti, des grâces de pensées qui te sont coutumières. Tu es là à te désespérer quand tu es le mieux armé de tous, quand tu as non seulement la science mais encore la jeunessequi la corrige. »

Jean Giono, les vraies richesse, 1937

Tu ne pourras rien posséder sans la pauvreté 

Introduction

L’instinct de possession et ses dérives dans la société moderne, quand la survie n’est plus un impératif quotidien et que la maîtrise de la nature permet aux individus de choisir leur destinée. Naissance d’une puissante idéologie. L’argent, un outil de cette autonomiemais aussi un instrument de l’illusion idéologique. Enjeu, ce “moi” moderne qui aspire à être un individu souverain, responsable, émancipé, détenteur des moyens de ses ambitions. Toujours posséder plus, ne jamais posséder assez.
Avoir peur de perdre ou de ne pas gagner autant que possible. L’individualisme inquiet.
Accumuler de l’argent (la cassette) mais sans jamais en jouir. Vivre pour gagner del’argent ou gagner de l’argent pour vivre ? La volonté de puissance. Il est possible de dire que certains ne possèdent rien, non car ils sont pauvres mais parce qu’ils sont riches et comme possédés !
***

Il semble raisonnable de postuler pour l’être humain une sorte d’instinct de possession. Tant que la survie est précaire, un impératif s’impose : profiter de tout ce qui peut être cueilli,capturé, dévoré, et faire des réserves importantes. Si l’impératif disparaît avec l’amélioration des conditions de vie, les mentalités de captation peuvent en revanche perdurer. Dans notre société d’abondance, la peur de manquer sert alors d’alibi à des comportements de rétention, à des stratégies de refus de la dépense, à l’accumulation de capitaux. L’argent, apparaît ainsi comme un outil del’autonomie individuelle mais aussi comme un instrument de l’illusion idéologique qui enchaîne les personnes à un devoir d’enrichissement. C’est cette illusion que dénonce Giono dans Les Vraies richesses. Renouant avec la sagesse antique, il affirme « Tu ne pourras rien posséder sans la pauvreté ». Quelles sont les limites raisonnables de l’avoir et les vertus de la pauvreté ? De quoi l’individu modernedoit-il être propriétaire pour réussir sa vie ?
L’affirmation sonne comme un avertissement. De quoi donc la quête de l’argent nous prive-t-elle ? Commençons par réfléchir le paradoxe incarné par le personnage d’Harpagon. Il nous permet de dénoncer une triple illusion de l’esprit moderne.
Harpagon fait partie de ces gens qui veulent toujours posséder plus et qui deviennent persuadés de ne jamaisposséder assez ! Leur fortune n’est jamais suffisante, d’où leur refus systématique de la dépense ou leur devise qui veut que le temps soit de l’argent, à l’instar de Benjamin Franklin. Calculateur, aux deux sens du terme, l’avare espère maximiser ses divers placements. Ainsi préoccupé par ses affaires, Harpagon devient l’instrument de sa fortune ! Sa vie est colorée par l’argent, moyen...
tracking img