Les "e-réseaux"

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1289 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I - Qu’est ce qu’un « e-réseau » et comment fonctionne t-il ? A quoi est donc dû son succès ?

Avant de pouvoir définir la notion d’ « e-réseau » il faut préciser que contrairement à ce que nous pouvons croire, la notion de réseau social est née bien avant l’avènement d’internet. En effet, un club de tricot (mettre un exemple typiquement marocain) est considéré comme un réseau social. Nousretiendrons donc qu’un réseau social est tout simplement une communauté d'individus ou d'organisations en relation directe ou indirecte, rassemblée en fonction de centres d'intérêts communs, comme par exemple les goûts en matière de musique ou encore les activités professionnelles.
Internet a donc été et l’est d’ailleurs encore plus aujourd’hui avec l’avènement du web 2.0 (terme que nous définironsdans le lexique du rapport) un véritable catalyseur de l’expansion des réseaux sociaux. Grâce à la vitesse de circulation des informations sur la toile, il a permis la démultiplication de ces réseaux. L’e-réseau ou « social networking » comme tout réseau social permet donc tout simplement de créer du lien. Il en existe diverses applications. Les unes permettront de se faire des amis, les autres dechercher des partenaires commerciaux. Nous trouverons ainsi autant d’applications d’e-réseaux que de besoin de communiquer et d’échanger que peut éprouver l’Homme.

De manière générale, les « e-réseaux » ont tous le même modus operandi. On y crée un profil (infos personnelles, photo, centres d'intérêt) et on y invite ses «amis» pour qu’ils rejoignent à leur tour le même réseau. Chaque nouveaucontact qui en invite d’autres fournit ainsi au réseau une nouvelle base. Finalité : Un monde interconnecté. Toutefois, nous constatons qu’en réalité (ce constat a été pris dans diverses enquêtes réalisées en France mais ici nous pourrions faire référence aux résultats du questionnaire que nous ferons) la plupart des internautes invitent rarement des contacts qui leur sont inconnus mais uniquementdes connaissances. Ce fait ramène donc peut-être le rêve d’un monde interconnecté à une simple utopie. (Commentaire qui peut être éventuellement supprimé)
*Ici une phrase de transition devra être mise pour passer à la seconde étape de notre devoir.

Catégoriser les « e-réseaux » n’est pas chose aisée du fait de leur grande diversité. Toutefois, nous avons tenté d’en définir six types à partird’un article intitulé « X » sur le site Y : * la référence pour cet article sera mise plus tard, le lien n’a pas encore pu être retrouvé.

 Les réseaux sociaux d'affaires et d’emploi : qui permettent de trouver plus facilement et rapidement des partenaires économiques et commerciaux. A titre d’exemple le site internet « rekrute.com » qui permet la rencontre entre des demandes et des offresd’emploi au Maroc, en Algérie et en Tunisie.

 Les «blogs likes» : qui, fréquentés en majorité par des adolescents, font généralement office pour ces derniers de journal intime (autre formulation : servent de plate-forme d’expression) où ils peuvent publier un article visible par tous et où il est possible de laisser un commentaire. Il en existe plusieurs sur la toile à l’instar de « skyblog » ou« myspace » qui l’un et l’autre permettent aux membres enregistrés d’avoir un espace personnalisé en ligne où il est possible de s’exprimer librement.

 Les réseaux sociaux « privés » ou « sur invitation» : où il est possible de mettre en ligne, photos, commentaires, liens multimédia visibles uniquement par des internautes faisant partis de son réseau dit d’ « amis » mais ils ont aussi intégréla notion d’ « instant messenger » ou messagerie instantanée permettant d’échanger directement avec ceux faisant partis de notre réseau. Exemple le plus connu, Facebook, qui fera plus tard l’objet d’une étude un peu plus approfondie (Etant donné que facebook est aujourd’hui une référence en matière d’e-réseau nous pensons en faire une partie, ceci est une idée qui reste à discuter car nous...