Lettre 35 montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1656 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse des Lettres Persanes
La Lettre 35 est une des lettres du récit épistolaire intitulé : Les Lettres Persanes, écrit par Montesquieu, en 1721. Cette oeuvre a pour but de montrer la société française d'un point de vue souvent satirique, cette société est regardée par des persans où leur culture est très différente de celle de France.
Montesquieu est né dans une famille de magistrat, debonne noblesse, en janvier 1689, au château de la Brède. Charles-Louis de Secondat (dit Montesquieu) va faire des études en philosophie au collège d’Harcourt, à Paris. Par la suite, en 1714, il devient président du parlement de Bordeaux et, en 1715, épouse Jeanne de Lartigue. Ensuite, à la mort de son oncle survenue en 1716, il obtient le titre de Baron de Montesquieu et ainsi de la charge deprésident à Mortier du parlement de Bordeaux. Il s’intéresse aux sciences et publiera plusieurs recueils, dus à sa curiosité dans ce domaine et par ses expériences personnelles, telles que : Les glandes rénales, Les causes de l’écho, et La cause de la pesanteur des corps. Finalement, il oriente sa curiosité vers la politique et la conception de la société Française, en publiant, anonymement, à Amsterdam,les Lettres persanes. Ce roman épistolaire, composé de 161 lettres, recevra un immense succès de par sa description satirique et humoristique de la société du royaume de France vu par plusieurs persans, étrangers à ce pays. Malgré l’anonymat de l’auteur, la plume de Montesquieu est reconnaissable ; il utilise à outrance l’ironie pour exposer son point de vue critique de la société dans laquelleil vit. En 1726, il doit vendre sa charge, afin de payer ses dettes. Elu à l’académie Française, en 1728, il décide d’entreprendre des voyages dans plusieurs pays Européens, telles que l’Autriche, la Hongrie, l’Italie, l’Allemagne, la Hollande et en fin de compte en Angleterre. De par son appartenance au groupe de la Franc-maçonnerie, il se mettra à dos le cardinal Fleury. Après des années d’écrit,il publie son œuvre majeur, anonymement, en 1748 : De l’esprit des lois. Cet écrit sera l’apogée de la carrière de Montesquieu, en tant qu’écrivain. Malgré son succès, il sera mis à l’index par l’église, en 1751. A la même année il publie la Défense de l’Esprit des lois, qui servira à se justifier. Il participera à l’encyclopédie avec l’article Goût. Et en Février 1755, il meurt d’une fièvreinflammatoire.
La lettre 35 se situe au début de l’œuvre quand le sérail est gardé par des eunuques fidèles à Usbek, qui visite la France. Ce dernier, par ses voyages, développera une certaine critique de la société dans laquelle il se trouve, par l’intermédiaire de Montesquieu. C’est l’une de ses critiques qu’il expose dans la lettre 35. Il envoi cette lettre au dervis, son cousin Gemchid, où ilremet en cause la culpabilité des chrétiens, c’est-à-dire le fait qu’ils doivent aller en enfer, lors du jugement dernier.
De ce fait, nous pouvons aborder les 2 axes de lecture suivant : La comparaison entre le Christianisme et l’Islam, et l’ouverture d’esprit d’Usbek.

Tout d’abord, Montesquieu utilise des questions de rhétorique afin d'amener la comparaison. En effet, nous constatonsl’abondance de points d’interrogation (lignes 1, 4, 10) qui signale les questions. Or, ces questions n’attendent point de réponse. Elles servent, seulement, à semer le doute chez le dervis afin de remettre en cause la condamnation islamique envers les chrétiens. Par ailleurs, il met en évidence l’ignorance des chrétiens sur les principes de l’Islam. Le manque de mosquée (ligne7), qu’  « Hali n’est pointvenu pour eux » (ligne 5), ils n’en avaient jamais ouï parler (ligne 14) démontrent l’ignorance des chrétiens. De plus, il utilise le pronom possessif « notre » pour désigner les dogmes et le prophète Mahomet (ligne 21). Cela prouve qu’Usbek est un musulman pratiquant, ce qui renforce la crédibilité de cette comparaison, car ce n'est pas une personne externe à cette religion. Le champ lexical...
tracking img