Lettre a mon voisin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (456 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cette lettre est un cadeau que je m'offre pour fêter un double anniversaire : celui de notre rencontre et, conjointement celui du coup de foudre qu'elle a provoqué chez moi... à votre insu.
Eh oui,monsieur, il y a un mois, jour pour jour, que je vous ai vu pour la première fois et qu'aussi-tôt, j'ai été frappée par votre personnalité et votre distinction.

Je sortais de ma maison. Vous, vousétiez à une dizaine de mètres, devant une de ces haies buissonneuses qui séparent le trottoir communal des jardinets privés. J'ai d'abord pensé que vous attendiez un ami pour un jogging matinal. Puisplutôt une amie... pour un autre genre de sport; enfin comme vous ne manifestiez aucune impatience, j'ai imaginé que vous étiez poète et que vous attendiez l'inspiration. Boostée par cette idée, jesuis tombée sous votre charme. Tombée et le mot exact : j'ai trébuché sur les restes d'une balle en caoutchouc, rouge... comme mes joues, quand je me suis relevée, abusivement gênée, je vous ai été trèsreconnaissante de rester impassible, comme si vous ne vous étiez aperçu de rien. Vous n'avez pas bougé davantage ni quand je me suis arrêtée à votre hauteur, sous prétexte de chercher quelque chosedans mon sac. En vérité, pour capter votre regard. Il était superbe. Profond. Indéfinissable. Sa couleur ? Un vert réversible, passant du clair au foncé en un clin d'œil ! Son expression ? Irréversible.Depuis notre rencontre, je vous vois très souvent au même endroit. Votre observation sans doute; ou bien, allongé les yeux mis-clos, sur une chaise longue du jardin, votre revoir, certainement, ouencore dans le même jardin, assis auprés d'une dame moins distinguée et moins jeune que vous : votre maîtresse, je suppose, et votre....sécurité sociale ! Elle vous appelle son poussinet d'amour cequi a l'air de vous agacer autant que moi. Votre vrai nom, je l'ignore. Quand, évidamment, je parle de vous à mes amis, je vous appelle « monsieur », avec dans ma voix des guillemets ironiques....
tracking img