Lettres persanes 161

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1727 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture analytique, Lettres Persanes

En quoi cette lettre apporte-t-elle une conclusion à l’ensemble du roman ?

Alors qu’une grande partie des lettres du roman sont consacrées à l’observation ironique et critique des défauts de la société française, le dénouement inattendu donne le mot de la fin à une femme. La première lettre était écrite par Usbek. Cette dernière lettre est unelettre envoyée par Roxane à Usbek. Le roman commence par un voyage, il finit par le thème tragique type, la mort d'un héros.
Rappel des faits : Solim, le grand eunuque, dans une lettre datée du même jour, informe Usbek de l’imminence de la mise à mort de Roxane, qui a été surprise dans les bras d’un amant qu’il a déjà fait exécuter. Roxane échappe à sa tyrannie en se donnant la mort. La tensiondramatique culmine dans cette lettre de vengeance.
Roxane revendique des actions violentes ; à ceci s’ajoute la violence avec laquelle elle se livre à la dénonciation d'Usbek

Une lettre de rupture éclatante.

I (la fin de l’intrigue du sérail) : la relation entre Usbek et Roxane se termine par une rupture violente, un suicide.

C'est la réponse à une lettre précédente, car ellecommence par "oui". C'est une tirade car elle répond aux interpellations, aux appels et à la vengeance.. Tel est le sens du oui que jette Roxane en tête de sa dernière lettre : confirmation des soupçons d'Usbek, et enchaînement d'un dialogue entamé depuis longtemps, réponse de la tromperie à la tromperie, de la haine à ce qu'Usbek croyait être de l'amour, et qui n'était sans doute que du désir etdu mépris.

Roxane dans cette lettre attaque Usbek. L’emploi de la première et de la deuxième personne du singulier reprend l’opposition entre le masculin et le féminin qui structure l'ensemble du roman (voir aussi lettre 141). Elle est ici soulignée avec une vivacité particulière : c'est de cette opposition que meurt Roxane.
Sont ainsi mis en scène, face à face, un « tu » et un « je »,dont la répétition presque obsédante constitue un trait majeur de la lettre.
Dans le dernier paragraphe, le tu (Usbek) n'apparait plus qu'en positons d'objet ou de complément (« te parait nouveau, t'avoir accablé, je te forçasse »), avec seulement trois occurrences, alors que le «je » est omniprésent, comme sujet, objet et complément.
Ainsi ce dernier paragraphe est un écho du premier ; ilmanifeste la rupture du pouvoir exercé par l'homme sur la femme : Roxane est devenue le sujet de ses actes, la maîtresse de son destin.

L’organisation de la lettre suit trois temps :
- §1 §2 : deux informations au passé composé « je t’ai trompé » et au futur proche « je vais mourir »

- § 3 à §6 : un retour en arrière à l’imparfait, Roxane réécrit le passé.

- §7 : retour auprésent d’actualité qui est aussi un présent d’écriture..

L’orgueil et la fierté de l’héroïne apparaissent: elle a conscience de sa propre valeur, alors qu’elle se sent humiliée par le passé. Roxane révoltée échappe à Usbek. par la mort ; elle l’humilie à son tour en lui apprenant après coup combien elle le haïssait, elle porte atteinte à sa perspicacité ; elle lui dévoile sa désobéissance.Une lettre dramatisée.
Roxane est un prénom de la tradition tragique : Camille, Hermione, Roxane dans Bajazet de Racine formulent des imprécations similaires. La haine les inspire.
Le texte est fragmenté, morcelé ; chacune des phrases est une flèche adressée au destinataire, la lettre avance au gré de paroles heurtées, impulsives.
Le registre tragique de la lettre mérite d'êtreétudié pour lui-même. L’Expression est ramassée, énergique, et elle accorde une part importante aux figures habituelles du langage tragique : L’absence de liaison entre les termes de l'opposition, pour la rendre plus frappante (c'est la figure appelée asyndète) : «Tu étais étonné [...] si tu m'avais bien connue »; les hyperboles* (« le plus beau sang dumonde »); les interrogations oratoires («...
tracking img