Lettres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1192 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Andres Felipe Munoz

2-1.

12/01/10.

RECHERCHE SUR LES ZOOS HUMAINS

[pic]

http://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/BANCEL/14145

1) Découpez l’article en différentes parties qui forment une unité de sens et résumez chaque partie en une phrase. 2)Qu’est-ce qu’un zoo humain?3) Comment sont-ils nommés à l’époque ? Pourquoi ? 4) En vous servant du cours, expliquez pourquoi jusqu’au19eme siècle les représentation de l’autre ne sont pas forcement négatives.
5) Quel est le cliché qui se développe sur lespopulations colonisées? Pourquoi l’époque coloniale (du 19eme siècle) contribue-t-elle a instaurer ce cliché?
6) Que signifie stigmatisation ?
7) Qui est Gobineau ? Quelle these développe-t-il ?
8) Pourquoi sauvage et ses derives sont utilizes entre guillemets dans l’article ?
9) Pourquoi les contemporains ne s’indignent pas devant ces exhibitions ?
10) Dites en quoi et pourquoi la perception desindigénes changes au fil du temps et des exhibitions

2)

Un zoo humain est une exposition, “un spectacle” qui apparut pendant le XIX e siècle en Europe,mettant en scène les colonisèes (montrant leur vie quotidian) . Cette exhibition raciste, présente les races étrangers comme des sauvages, défigurés, d’une nature inhumaine, qui sont inferieures à la race blanche; ces races “exotiques” sontconsiderées comme une “attraction” pour les européens. Les zoos humains connaîssent un success et se diffusent vite dans diverses pays d’Europe.

3)

Selon l’article, Ces zoos humains de la republique coloniale; par Nicolas Bancel, Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire; pendant l’époque de la republique coloniale qui va de la second moitié de XIX e siècle juscà la première moitiè du XX esiècle, “les zoos humains” sont nommés sous-plusieurs formes. Les termes “spectacles ethnologique”, “exhibition ethnologique” et “expositions ethnologique”, car ils nous montrent un aspect amusant et recréational du mot (para les mots: spectacle,exhibition et exposition), on nous montrons que ce n’est qu’une attraction. Tandis que les termes “village négres” ou “village noir” sont racistes et désignentles êtres étrangers comme des sauvages qui sont dépréciés et éxclu par la sociétè.

4)

Avant le XIX e siècle, les représentation de l’autre n’étaient pas forcément negatives. Les térmes “ sauvages, barbare, cannibalism, etc…” ;qui désignaient l’autre; sont des termes relatives, qui varient selon le temps et la sociétè.

Les représentation pejoratives des ces térmes montrent “les autres”comme des personnes non doméstiqué, d’une nature inhumaine; comme nous montrent les gravures De Bry et les caricatures de Gillray. En plus Lery nous dit que la sauvagerie et barberie ne se trouvent pas seulement chez les indigénes, mais aussi chez les européens ( Bataille de Bartelyme ou milliers de personnes sont massacrées). Tandisque Montaigne, donne plutôt un conception méjorative de ces térmes, disant que les indégenes sont sauvage et barbare dans le sens qu’ils vivent dans la fôret et sont à l’état de nature. Donc on voit comme la perception de l’autre est relative et change selon l’époque et la sociétè.

Dans le myhte du “bon sauvage” on peut aussi voir comme les représentation de l’autre ne sont pas forcementnegatives, puisque le point de vue rousseauiste “du bon sauvage” montre une vision hyperbolique qui idéalise l’état de nature ( la fôret, où “l’autre” habit), créant une hypothése sur l’état de nature pour éxpliquer la génesse de l’humanité et disant que la sociétè est celle qui est néfaste pour l’homme.

5)

Observant l’article, Ces zoos humains de la république coloniale, et les images sur les...
tracking img