Levy marc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 257 (64096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ET SI C'ÉTAIT VRAI... MARC LEVY ET SI C'ETAIT VRAI. ROBERT LAFFONT À Louis © Édition Robert Laffont, S.A., Paris 2000 ISBN 2-266-10453-5 Eté 1996 Le petit réveil posé sur la table de nuit en bois clair venait de sonner. Il était cinq heures trente, et la chambre était baignée d'une lumière dorée, que seules les aubes de San Francisco déversent. Toute la maisonnée dormait, la chienne Kali couchéesur le grand tapis, Lauren enfouie sous la couette au milieu de son grand lit. L'appartement de Lauren surprenait par la tendresse qui s'en dégageait. Au dernier étage d'une maison victorienne sur Green Street, il se composait d'un salon-cuisine à l'américaine, d'un dressing, d'une grande chambre et d'une vaste salle de bains avec fenêtre. Le sol était en parquet blond à lattes élargies, celles dela salle de bains étant blanchies à la peinture et quadrillées de carreaux noirs peints au pochoir. Les murs blancs s'ornaient de dessins anciens chinés dans les galeries d'Union Street, le plafond était bordé d'une moulure boisée finement ciselée par les mains d'un menuisier talentueux du début du siècle, que Lauren avait rechampie d'une teinte caramel. Quelques tapis de coco gansés de jutebeige délimitaient les coins du salon, de la salle à manger, et de la cheminée. Face à l'âtre, un gros canapé en cotonnade écrue invitait à une assise profonde. Les quelques meubles épars étaient dominés par de très jolies lampes rehaussées d'abat-jour plissés, acquises une à une au fil des trois dernières années. La nuit avait été très courte. Interne en médecine au San Francisco Mémorial Hospital,Lauren avait dû prolonger sa garde bien au-delà des vingt-quatre heures habituelles, en raison de l'arrivage tardif des victimes d'un grand incendie. Les premières ambulances avaient jailli dans le sas des urgences dix minutes avant la relève et elle avait engagé sans attendre le dispatching des premiers blessés vers les différentes salles de préparation, sous les regards désespérés de seséquipiers. Avec une méthodologie de virtuose, elle auscultait en quelques minutes chaque patient, lui attribuait une étiquette de couleur matérialisant la gravité de la situation, rédigeait un diagnostic préliminaire, ordonnait les premiers examens et dirigeait les brancardiers vers la salle

appropriée. Le tri des seize personnes débarquées entre minuit et minuit quinze fut terminé à minuit trenteprécise, et les chirurgiens, rappelés pour la circonstance, purent commencer leurs premières opérations de cette longue nuit dès une heure moins le quart. Lauren avait assisté le Dr Fernstein au cours de deux interventions successives, elle ne rentra chez elle que sous les ordres formels du médecin, qui lui fit valoir que, la fatigue trompant sa vigilance, elle mettait en péril la santé de sespatients. Au milieu de la nuit, elle quitta le parking de l'hôpital au volant de sa Triumph, rentrant chez elle à vive allure par les rues désertes. « Je suis trop fatiguée et je roule trop vite », se répétait-elle de minute en minute, pour lutter contre l'endormissement, mais l'idée de retourner aux urgences, côté salle et non côté coulisses, suffisait en elle-même à la tenir éveillée. Elle actionna laporte télécommandée de son garage, y gara sa vieille automobile. Passant par le corridor intérieur, elle escalada quatre à quatre les marches de l'escalier principal, et entra chez elle avec soulagement. L'aiguille de la pendulette posée sur la cheminée marquait la demie de deux heures. Lauren fît tomber ses vêtements à terre au milieu de son grand living. D'une nudité parfaite, elle se renditderrière le bar pour se préparer une tisane. Les bocaux qui ornaient l'étagère en contenaient de toutes essences, comme si chaque moment de la journée avait son parfum d'infusion. Elle posa la tasse sur sa table de chevet, se blottit sous la couette et s'endormit instantanément. La journée précédente avait été beaucoup trop longue, et celle qui s'annonçait nécessitait un lever matinal. Profitant...
tracking img