Liaisons dangereuses, rapport de lecture niveau troisième

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1204 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

En 1792,un livre fait fureur dans toutes les librairies de Paris. Il s’agit des Liaisons dangereuses ou Lettres recueillis dans toute une société et publiées pour l’instruction de quelques autres. Rien ne laissait présager à Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos le succès colossal que rencontre-rait le seul roman qu’il ait jamais écrit. Mais, peut-on réellement dire quece livre est un roman ? En effet, dans sa préface, l’écrivain explique que les faits qu’il relate sont réels et qu’ il n’a fait que recueillir la correspondance qui les évoquent. Mais cette affirmation se heurte au scepticisme des éditeurs et de nombreux lecteurs. Mais il n’empêche que le public est conquis par l’œuvre. A cette époque, la littérature libertine et le style épistolaire sont très àla mode. Le mystère dont s’entoure l’ouvrage-nombre de noms et de lieux se voient remplacés par des astérisques et la date à laquelle se déroule les évènements n’est pas mentionnée-fascine le lecteur. La fin tragique le surprend, bien qu’elle soit plus ou moins évoquée dans le titre. Tous les facteurs de séduction du public du 18ème siècle sont présents.

Résumé

La Marquise de Mertheuil,désirant se venger de son ancien amant le Comte de Gercourt, demande à son ami le Vicomte de Valmont de séduire Cécile de Volange, la fiancée du Comte, comme il l’a fait pour de nombreuses femmes. Mais le libertin refuse, celui-ci tentant déjà de nouer une liaison avec la plus vertueuse femme de France : madame la Présidente de Tourvel. Madame de Mertheuil, amusée par ce défi qu’elle penseinsurmontable, conclut un marché avec le Vicomte. Si il parvient à présenter une preuve écrite de sa réussite, la Marquise lui accordera une nuit avec elle. Pendant que Monsieur de Valmont peine à séduire sa future victime, la Marquise trouve un nouveau pion pour exécuter sa vengeance en la personne du Chevalier de Danceny. Son amour-réciproque-pour Cécile de Volange, à défaut d’ être extrêmement fort,reste platonique. Dans sa correspondance avec Madame de Mertheuil, le Vicomte de Valmont suggère que le seul moyen de faire passer le Chevalier à l’ acte est de lui créer des obstacles. La Marquise révèle donc à Madame de Volange la liaison de sa fille avec Monsieur Danceny. La mère envoie la fiancée du Comte à la campagne, dans le château où loge Monsieur de Valmont. Celui-ci, ennuyé par son manquede succès avec Madame de Tourvel, séduit Cécile de Volange. La vengeance de Madame de Mertheuil est accomplie. La Présidente de Tourvel finit elle aussi par céder aux avances du séducteur. Cependant la Marquise refuse d’accorder sa récompense au Vicomte arguant que le véritable défi serait de rompre de façon cruelle avec Madame de Tourvel. L’orgueil du libertin le pousse à exécuter lavolonté de Madame de Mertheuil. Après avoir abandonner la seule femme qu’il ait jamais aimée Monsieur de Valmont constate que la Marquise ne lui accordera aucunement sa récompense. La « guerre » est donc déclarée entre les deux perfides. C’est la Marquise de Mertheuil qui va porter le premier coup en révélant à Monsieur Danceny la liaison entre Cécile et le Vicomte. Le Chevalier défie alors sonrival en duel. Fou de chagrin, Valmont se laisse tuer, avec pour seule dernière volonté la publication de sa correspondance avec la Marquise. Madame de Tourvel, apprenant la mort de son amant, meurt de tristesse. Cécile de Volange s’enferme au couvent pour le reste de sa vie. La Marquise de Mertheuil est humiliée et n’osera plus jamais paraître en société.

Les personnages principaux

LaMarquise de Mertheuil est un bon exemple d’anti-héroïne. Sa correspondance intime nous permet de savoir que cette femme, cruelle, froide et calculatrice, est une libertine sans scrupule. Ce qui contraste avec l’aspect de femme honorable qu’elle se donne dans la société.

Le Vicomte de Valmont est l’alter-ego masculin de la Marquise. La seule exception notable est que sa dépravation...
tracking img