Liaisons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2502 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La maîtrise de la reproduction

INTRODUCTION : Depuis une quarantaine d’années, la fertilité mondiale a considérablement décru, y compris dans les pays en développement où le nombre moyen d’enfants par femme est passé de 6 en 1960 à 2.8 en 2000. Cette diminution est à attribuer au développement de la contraception : dans le monde, 57% environ des femmes en âge de procréer utilisent une méthodecontraceptive. Parallèlement, les progrès des connaissances et des techniques permettent à certains couples infertiles de réaliser leur désir d’enfant.

I] La régulation des naissances.

Problème 1 : Quels sont les moyens mis en place pour la régulation des naissances ?

a) La pilule du lendemain.

La pilule du lendemain est un moyen de contraception d’urgence de type médicamenteux ethormonal qui doit être mis en œuvre dans les 72 heures suivant un rapport sexuel dont on soupçonne qu’il en résulte une grossesse non désirée. Cette méthode ne doit pas être considérée comme une solution quotidienne de contrôle de naissances.

Il existe deux principaux types de pilules du lendemain :
D’abord il y a les pilules combinées (comme le Tetragynon) qui contiennent les hormonesœstrogènes et progestérones. La pilule combinée a une efficacité théorique de 99%. Ensuite il y a les pilules progestatives (comme le Norlevo). Elle contient un progestatif (hormone proche de la progestérone). La pilule progestative a une efficacité qui dépend du progestatif utilisé. Plus le temps entre le rapport sexuel et la prise de la pilule du lendemain est longue, plus l’efficacité de ces pilulesdiminue.

La pilule du lendemain agit de trois manières différentes :
Tout d’abord, la pilule du lendemain épaissit la glaire cervicale. La glaire cervicale est une sécrétion du col de l'utérus. Selon sa consistance (ou filance), elle est plus ou moins perméable aux spermatozoïdes. C'est le progestatif présent dans la pilule qui assure l'épaississement de cette glaire et la rend imperméable auxspermatozoïdes.
Deuxièmement, la pilule du lendemain agit sur la muqueuse utérine en la rendant impropre à la nidation (c'est-à-dire à l'implantation de l'embryon). Ceci interrompt précocement la grossesse, l'embryon non implanté est en effet expulsé de l'utérus.
Troisièmement, la pilule du lendemain bloque l'ovulation. L'ovulation est contrôlée par deux hormones produite par l'hypophyse : FSH etLH. L'hormone de stimulation des follicules (FSH) permet la maturation des ovocytes, et une forte concentration de l'hormone lutéinisante (LH) déclenche l'ovulation. Les œstrogènes et la progestérone, hormones féminines produites par les ovaires, tendent à faire diminuer la concentration de FSH et LH dans le sang. La pilule œstroprogestative apporte une quantité importante de ces hormones, doncelle diminue artificiellement la quantité de FSH et LH dans le sang : les ovocytes ne mûrissent pas et il n'y a pas d'ovulation. Il est à noter que la pilule progestative bloque l'ovulation, mais ce blocage est moins systématique qu'avec une pilule combinée. Sous pilule combinée, le blocage de l'ovulation est de 98%, tandis que sous pilule progestative il dépend du progestatif utilisé.

b) Le RU486.

La mifépristone ou RU 486 est une hormone anti-progestative, c'est-à-dire une substance empêchant la fécondité, la formation de l’embryon. Cette hormone est utilisée chez la femme comme abortif (substance qui provoque l’avortement), pour l'avortement chimique pour des grossesses de moins de 5 semaines.

La progestérone est l'hormone assurant le maintien de la grossesse pour sesdifférentes actions sur les structures utérines. La molécule de RU486 se fixe sur les récepteurs à la progestérone à la place de la progestérone mais contrairement à la progestérone, n'a aucun effet sur les cellules cibles. La fixation de la progestérone sur ses cellules cibles est donc fortement diminuée et produit un effet comparable à la chute du taux de progestérone constatée en fin de cycle et...
tracking img