Liaisons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1627 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
« Le coup de maître, c’est d’avoir conçu l’intrigue comme une espèce de toile d’araignée que Mme de Merteuil tisse à coups de lettres. »
Jean-Luc Seylaz
Lorsqu’on commence à lire Les Liaisons Dangereuses, le lecteur s’aperçoit que toute l’histoire va dépendre des échanges de lettres entre les personnages. Les lettres sont la seule voie de correspondance. C’est une armepuissante dans ce roman. C’est l’arme des libertins. C’est le moyen de calculer, de manipuler, de mépriser, de faire du mal et de détruire. Il fallait vraiment faire preuve de beaucoup de tact pour concevoir ainsi l’intrigue du roman. Premièrement ce fut Laclos qui fut le réel pionner du roman épistolaire mais ce qui l’a rendu vraiment différent des autres écrivains de roman épistolaires c’est le faitd’avoir donné à son œuvre une valeur dramatique par la composition de lettres. Les lettres des Liaisons Dangereuses, expriment non seulement le caractère propre de chaque personnage, mais deviennent l’essence même du roman où elles jouent souvent un rôle décisif dans l’intrigue. Et c’est Mme de Merteuil qui va la déclencher le début. C’est ainsi que Jean-Luc Seylaz a pu affirmer que Laclos a faitpreuve de beaucoup d’habilité en ayant construit l’intrigue du roman comme une sorte de réseau où tout est mis en œuvre pour que les personnages restent en communication par le biais des lettres de Mme de Merteuil. Donc, nous allons en premier lieu tenter de comprendre pourquoi Jean-Luc Seylaz a affirmé que les lettres de Mme de Merteuil sont le fruit de communication entre les personnages. Ensuite,nous essayerons de découvrir comment ces lettres forment ainsi l’intrigue du roman. Et pour finir nous tâcherons de savoir quelles ont été les raisons de Seylaz de comparer l’intrigue à une toile d’araignée.
Lorsqu’on commence la lecture des Liaisons Dangereuses, on s’aperçoit tout de suite que Mme de Merteuil est un personnage puissant et essentiel du roman. Dès la deuxième lettre, lorsqu’elleécrit à Valmont, elle exprime son plan qui est de se venger d’un ancien amant – Gercourt –qui l’aurait délaissée. En relatant son objectif, elle fait preuve de supériorité envers Valmont. Elle lui écrit avec un ton autoritaire qui démontre qu’il doit l’obéir et que tout doit se passer comme elle le désir. Ce sont les nombreux impératifs utilisés au début de la lettre qui le démontre. Ce ton est repritensuite au dernier paragraphe, lorsqu’elle dit qu’elle « exige » que Valmont vienne chez elle et elle lui dicte son heure d’arrivée et celle de son départ ainsi que l’heure où il doit arriver au souper pour rencontrer Cécile. Le lecteur s’aperçoit dès lors que c’est La Marquise qui est en train de mettre en scène le début de l’histoire. Cette lettre représente comme le dit Seylaz, le début de la« toile d’araignée », le point de départ de l’intrigue et de toute communication. Car c’est après cette fameuse lettre, que va s’enchaîner toutes les autres. Mme de Merteuil est très intelligente, elle n’agit pas en fonction de ses sentiments, ni intuitions ou fantasmes. Elle agit après avoir bien pensé, observé, calculé. Et sa supériorité d’esprit va se manifester dans le ton de ses lettres.Elles sont vives, dynamiques, elles ne laissent pas le lecteur penser que ce sont des lettres secondaire. Des trois personnages principaux c’est elle qui écrit le moins, mais ce sont ses lettres dont le lecteur se souviendra le plus longtemps car elles ne sont jamais sans intérêt. Ce sont elles qui construisent l’histoire, donnent le ton et maintiennent le réseau de communication.
Ce qui estintéressant c’est que le lecteur se rend compte au fil du livre, que c’est toujours la Marquise à mettre en œuvre des plans machiavéliques donc à faire en sorte que la correspondance suive. C’est elle qui calcule, qui organise et qui dirige tout ce qui se passe. C’est elle qui tient entre ses mains tout les fils de l’intrigue. C’est elle qui convainc Cécile à écrire à Danceny, c’est aussi elle qui...
tracking img