Liaisons dangeureuses, laclos, lettre cxxxi

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2373 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de Texte LACLOS, les liaisons dangereuses, Lettre CXXXI

Situation du passage
La Lettre CXXXI est une des lettres-clés du roman qui permet de mieux comprendre la nature profonde et les véritables enjeux du libertinage des héros de Laclos. Il s’agit de la grande lettre « autobiographique » de la Marquise dont le but est double : du point de vue de la Marquise, il s’agit deconvaincre Valmont de sa supériorité sur toutes les autres femmes, en lui prouvant l’étendue de ses talents ; du point de vue du lecteur, la lettre a pour fonction d’expliquer « la noirceur » du personnage, et de l’accréditer en le lestant d’une autobiographie. La lettre, la plus longue du roman, doit donc montrer comment on devient un monstre… (ce dont la Marquise est très fière.
Le passage se situedans la troisième partie de cette « autobiographie » dans laquelle la Marquise dévoile les secrets de sa réussite, ou, comment s’adonner au libertinage, tout en restant irréprochable aux yeux du monde.

Plan du texte
1°§ : la stratégie libertine de la Marquise
2°§ : une théorie de la dissimulation
3°§ : un modèle mythique : Dalila

Axes de lecture
Le passage illustre pleinement lesprincipaux aspects du libertinage, tel du moins qu’il apparaît chez Laclos. Parmi plusieurs pistes possibles, nous privilégierions deux aspects du texte qui nous semblent majeurs : l’art du stratège et celui de l’auteur, tout en soulignant au départ que cette division est un peu artificielle, certains comportements étant commun aux deux arts ; ainsi le terme « déployer » employé à la ligne 1 appartientaussi bien au registre théâtral de l’acteur qui déploie son talent qu’à celui du général qui déploie son armée.

I) L’art du stratège
Traditionnellement le libertinage repose sur une stratégie de la séduction et de la conquête. Cet aspect est particulièrement illustré dans ce passage.
*) Par le recours au registre militaire : la Marquise «déploie les talents » d’un général qui cherche à «acquérir le renom d’invincible ». Comme au combat, elle obtient « les honneurs de la résistance », même si elle finit par se livrer. Au § 2, on retrouve le même registre : l’expression « je me décide vite » confère à la Marquise l’esprit d’initiative d’un chef d’armée. Le terne « succès » de même que son contraire « défaite » (au § 3) évoquent le dénouement des opérations. Le terme « livrer » arepris dans les trois § assimile le libertinage à une poliorcétique, c'est-à-dire à un art de prendre les places fortes, image renforcée par l’emploi du terme « pénétrer » qui fait de la révélation d’un secret l’équivalent d’une effraction de l’intimité de la personnalité du danger « j’ai trouvé moins dangereux » et l’évocation de diverses tactiques : pour triompher, il faut « observer »attentivement (« observateur attentif ») et longtemps, ce que marque bien l’infinitif passé à sens causal « pour avoir observé » ; l’observation permet alors de « surprendre » les « secrets » de l’adversaire.
*) Par la mise en œuvre de la dissimulation érigée en système et qui constitue le premier de ses « talents » : l’expression « j’eus l’air » définit une méthode d’hypocrisie qui consiste à paraître «accepter les hommages » des hommes qui précisément « ne lui plaisent point ». Cette stratégie est complétée par « une feinte timidité » à l’égard de l’élu qui, en interdisant à ses amants de paraître dans le monde de ses côtés, trompe « le monde » par le masque de la vertu. Ainsi le renom n’est plus l’écho d’une gloire réelle, mais un masque fabriqué par la rumeur publique, elle-même manipulée parla Marquise. Cette opposition entre « être » et « paraître » qui caractérise le libertinage, se manifeste jusque dans la structure des phrases qui reflète ce balancement : le monde célèbre la vertu, « tandis que » elle se livre au plaisir. Relève également de la même stratégie, le thème du secret : secret du choix qu’il importe de ne pas laisser «pénétrer » ; le secret de la reddition qu’il ne...
tracking img