Liasons dangereuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2436 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ACTIVITÉ ÉCRITE POUR LE MODULE DE LITTÉRATURE DU XXe SIECLE

Explication littéraire

L’explication de texte linéaire ou le commentaire suivi

par Annemiek Potman

Master Frans 1 2009-2010

U N S E C R E T – P H I L I P P E G R I M B E R T



Index

Genre ……………….………………………………………………………………………………………. p. 3

Extrait……………….………………………………………………………………………………………. p. 3

Idée principale ……………….…………………………………………………………………………. p. 3

La composition du passage ……………………………………………………………………….. p. 3

Champs lexicaux ……………….………………………………………………………………………. p. 4

Explication du passage par rapport aux champs lexicaux …………………………………….. p. 5

Les pronoms personnels ……………….……………………………………………………………… p. 5

Les notions temporaires ………………………………………………………………………………………. p. 6Les temps grammaticaux ……………………………………………………………………………………… p. 7

L’espace et la lumière …………………………………………………………………………………………. p. 7

Figures de style et images …………………………………………………………………………….. p. 7

Conclusion …………………………………………………………………………………………………………… p. 7

Genre
Récit autobiographique, le nom de l’auteur étant celui du narrateur et personnage clé. Ce romans’inscrit dans le courant des romans sur la deuxième guerre mondiale et l’holocaust, qui sont reapparus à partir des années ‘80 du siècle dernier. On ne peut vérifier s’ il est question d’une véritable autobiographie, ou un mélange d’autobiographie et de fiction.
Ce qui est sûr, c’est qu’on peut également parler d’un roman psychologique. Le roman montre les conséquences et le poids d’un grand secret surla vie d’un petit garçon, mais également sur toute une famille, et sans doute sur toute une génération, par le thème de la culpabilité. L’auteur, Philippe Grimbert, est psycheanalyste.

Extrait 
Page 49 à 50 (édition Merles Blancs) de « Mon voisin le capitaine….. le signe que Louise attendait ».
Le personnage clé raconte ici sur la projection qu’il visionne en classe. La projection porte surle Holocaust. Images déjà vues par lui, mais cette fois-ci, en les voyant publiquement exposées et soumises au regard et jugement d’atrui, ses camarades de classe, il ne supporte ni les images, ni les remarques faites par les autres. Le passage en lui-même commence au moment de la réaction du ‘capitaine’.

L’idée principale 
Ce passage raconte bien un des sujets qui joue un rôle principaldans le livre, le corps humain.
Dans tout le roman le corps est montré, raconté ou chaché. Le corps de Philippe lui-même, petit et maladif, et qui est le contraire du corps de son père Maxime et de sa mère Tania, grand sportifs tout les deux. D’ailleurs, le chapitre dans lequel se trouve le passage choisi commence par : ‘Mon corps s’était allongé, je chachais mes jambers et mon torse étroit dansdes vêtements amples’.
Selon Claude Miller, le réalisateur du film, « Philippe Grimbert montre très bien l'émergence dans les années 30 d'un véritable culte du corps, de la beauté physique et du sport avant même l'usage qu'en feront plus tard le pétainisme et le nazisme » (www.alalettre.com)
On retrouve donc le corps fort du capitaine de classe versus le corps faible de Philippe. Puis ledégout corporel qu’on l’on puisse ressentir en vivant des émotions fortes et les marques qu’un corps peut porter dû à ce dégout. Nous voilà arrivés au passage choisi.

La composition du passage 
Le passage choisi est composé de deux parties, le premier (35 lignes) beaucoup plus long par rapport au deuxième (4 lignes). La première partie est divisée en deux alinéas (27 + 8 lignes).
La premièrealinéa raconte les réactions du capitaine voyant le film, et la réaction de Philippe en voyant et en entendant le capitaine réagir au film. Suit une bagarre.
La deuxième alinéa parle de l’arrêt de la lutte et de la situation après-lutte (jusqu'à quelques semaines).
La deuxième partie parle des conséquence définitives que la bagarre a eu....
tracking img