Liber extra, bulle rex pacificus, grégoire ix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages: 7 (1511 mots)
  • Téléchargement(s): 0
  • Publié le: 4 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Liber Extra - Bulle Rex Pacificus (1234)

Le Liber Extra est une oeuvre "commandée" par le pape Grégoire IX, et rédigée par le moine dominicain Raymond de Peñafort. Cette oeuvre "extra" (extérieure) au Décret de Gratien a été rédigée dans le but de compléter ce dernier et de codifier (partiellement) sa législation, en rassamblant dans cinq livres plus d'un siècle de décrétales, de canons et deréférences diverses. L'oeuvre est promulguée par la bulle (ou décrétale) Rex Pacificus, en 1234. C'est au Liber Extra que le droit canonique doit son essor, car il a permis la centralisation doctrinale, un corps de législation unitaire qui s'est substitué aux diverses décrétales régionales. Se pose alors la question de savoir en quoi la promulgation du Liber Extra entre dans une dynamique deréforme, d'amélioration du droit canonique. Le texte souligne dans un premier temps la profonde nécéssité, ainsi que la volonté de Grégoire IX d'établir un nouveau droit. (I) En effet, l'ensemble de la société éprouve le besoin de disposer de plus de justice (A), alors qu'il semble que l'ancien droit canonique soit de son côté de plus en plus éprouvé. (B) Il semblerait ainsi que les décrétales du papeGrégoire IX apportent un nouvel élan au droit canonique. (II) En effet, le Liber Extra est un nouveau corpus, tout à fait moderne comparé aux précédents. (A) D'autre part, l'enseignement et l'usage de ces décrétales se verra imposé, afin d'unifier la pratique de ces droits. (B)

I. La nécéssité d'établir un nouveau droit.
A. Un besoin de justice dans la société.
L'auteur commence tout d'abordpar dépeindre le tableau d'une société pleine de "cupidité éffrénée" (ligne 3), "rivale de la paix (...) [qui] génère chaque jour de nouveaux litiges" (lignes 4 et 5). Il part en effet du postulat selon lequel l'homme serait un loup pour l'homme ("homo homini lupus"), doctrine apparue au 3ème siècle avant Jesus Christ, avec La Comédie des Ânes de Plaute, puis repris bien plus tard par Hobbes au17ème siècle. À l'état de nature, l'être humain ne fait que répondre à son "désir funeste" (l. 8), et est incapable de contrôler par lui même ses pulsions destructrices, tant pour lui-même que pour autrui. "Et c'est pourquoi est faite la loi" (l.8) : afin de réguler les rapports entre les individus dans un premier temps, et par conséquent d'organiser l'ensemble de la vie de la société. En effet,"si la justice (...) ne punissait pas (...), la concorde (...) se trouverait exilée hors des limites du monde" (l. 5 à 8). Sans justice, sans règles de droit, la société serait vouée à l'échec puisque gouvernée seulement par le désir individuel, par essence destructeur car nécéssairement contradictoire avec celui d'autrui. Par exemple, la plupart des guerres territoriales ont été le fruit devolontés personnelles d'hégémonie. Aujourd'hui, ces guerres sont de moins en moins possibles, car l'ensemble de la société (ce terme nécéssite l'idée de structuration) internationale répond aux principes du droit international. Ainsi, la création d'un cadre juridique, légal, est absolument nécéssaire à la stabilité d'une société : "la règle de droit, par laquelle le genre humain est instruit en sortequ'il vive' honnêtement, ne lèse pas autrui, rende à chacun son dû." (l. 8 à 10) Apparait ici la conception Platonitienne de la justice, exposée dans La République : "la justice consiste à rendre à chacun ce qui lui est dû : à ses amis le bien, à ses ennemis le mal". Doit en effet, afin de conserver un équilibre au sein de la société, être puni celui qui empiète sur la liberté d'autrui sous pretextede sa propre liberté individuelle : la liberté des uns s'arrête où commence celle des autres, comme le prétend la doctrine des lumières. Et c'est justement là tout le travail de la loi que de définir ces limites.
Depuis que l'homme n'est plus nomade, il sait s'organiser au sein d'une société. Bien avant le Liber Extra, des lois, des canons, existaient. Cependant, ces textes ou coutumes...
tracking img