Libre échange vs protectionnisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2316 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommaire

Introduction :

I. Le libre échange :

a. Les théories 

b. L’organisation du libre échange

II. Le protectionnisme :

a. Les fondements théoriques

b. Les pratiques

Débat : libre échange ou protectionnisme ?

III. Les effets du libre échange ou protectionnisme pour une économie 

Conclusion :

Introduction :

Le développement deséchanges internationaux est spectaculaire durant ces dernières années. Le volume du commerce entre les pays a augmenté beaucoup plus rapidement que la production mondiale.

Le commerce extérieur n’a pas eu le même impact sur les différentes économies. Les unes sont devenues plus performantes. Alors que les autres se protègent à cause des difficultés que génère l’échange sur leur production. Donc lesstratégies opposées du libre échange et du protectionnisme font depuis deux siècles l’objet de réflexion et d’analyses.

Elles sont encore aujourd’hui au centre des discutions de l’organisation mondiale du commerce.

Problématiques :

Qu’entendons par libre échange et protectionnisme?

Comment fonctionnent-ils ?

Quels peuvent être les effets de leur application pour une économie?I. Le libre échange :

Le libre échange est défini comme étant un système de commerce international reposant sur l'absence de barrières douanières et non douanières à la circulation des biens et des services et des personnes. Donc après le « laisser-faire ». Il s’est surtout développé grâce aux théories des classiques et néoclassiques.

a. Les théories du libre échange :

Les théorieséconomiques classiques et d’inspiration libérale défendent l’ouverture des frontières et justifient cette situation en démontrant que chaque pays échangiste profite de la situation de libre échange.

❖ les théories économiques classiques en matière d’échanges extérieurs :

Ces théories sont favorables au libre-échange et insistent à la spécialisation dans les productions et lesproduits pour lesquels il possède un avantage. Cet avantage peut être absolu ou comparatif.

✓ Pour Adam Smith, un pays doit se spécialiser dans la production et les produits pour lesquels il est plus productible qu’un autre c'est-à-dire qu’il possède un avantage absolu de coût par rapport à l’autre pays.

✓ Pour David Ricardo, un pays doit se spécialiser dans laproduction pour laquelle il a la plus forte productivité relative. Dans ce cadre, il faut comparer les productivités des différentes activités dans le pays considéré et non plus comme Adam Smith, les productivités de deux pays différents dans une activité donnée.

Qu’il s’agisse de la théorie d’Adam Smith ou de David Ricardo, des hypothèses sont indispensables à leur vérification.

- Existenced’une concurrence pure et parfaite (même si l’expression n’est pas encore utilisée par Smith et Ricardo) sur les marchés des produits et des facteurs de production au sein de chaque pays ;

- Entre les pays, seuls les produits circulent librement : les facteurs de production ne peuvent pas franchir les frontières ;

- Les techniques de production n’évoluent pas ;

Dans le cadrede ces hypothèses, la spécialisation de chaque pays en fonction des avantages (absolus ou comparatifs) qu’il possède est bénéfique à tous les pays échangistes (meilleurs répartition des facteurs de production et, donc, quantités de produits disponibles pour la consommation intérieure).

❖ les théories néo-classiques en matière d’échange extérieurs :

Les théories néo-classiques del’échange international constituent un prolongement des théories classiques et ont conduit à énoncer deux lois :

-la loi des proportions de facteurs. Le libre échange conduit chaque pays à se spécialiser dans la production des biens qui utilisent relativement plus le facteur dont ils sont relativement les mieux pourvus (énoncée par Heckscher et Ohlin entre 1919 et 1933). Il ne s’agit pas là...