Like

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1936 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
BANKSY & L’IDENTITÉ
Est-ce bien vous qui nous parlez de votre film ? Ce ne serait
pas la première fois que des journalistes se font avoir par des
imposteurs …
J’aimerais bien être un imposteur…
Je n’ai pas beaucoup de personnalité et j’ai donc un peu de mal à « être »
quoi que ce soit, même un imposteur.
Et puis, j’ai envie à la fois de défendre le film, mais pas trop envie d’enparler : je ne veux pas risquer de dévoiler la fin.
On ne pourrait pas simplement publier une page blanche sur laquelle les
spectateurs pourraient faire des dessins ?
Depuis qu’une photo anthropométrique de vous a été publiée
dans la presse, est-ce qu’on vous reconnaît dans la rue ?
Il y a deux ou trois ans, un type s’est fait passer pour Banksy pour qu’on le
laisse entrer dans une boîte denuit de Shoreditch mais quand cela s’est su,
il a été rejeté par tous les graffeurs.
Ce n’est pas dans mon intérêt de commenter les photos de moi qui circulent
un peu partout.
Quand ma mère a découvert que j’étais Banksy, elle m’a dit : « Tu me déçois
beaucoup ! » Je lui ai demandé pourquoi. Elle m’a répondu : « Eh bien si tu
es graffeur, pourquoi n’as-tu jamais barbouillé la fourgonnette quiest tout
le temps garée devant mes fenêtres ? »
Quelle a été votre formation ?
J’ai fait de la peinture à l’école, mais ensuite, je n’ai pas suivi d’études d’art.
J’ai une collection de tableaux de maîtres chez moi, mais ce sont tous des
faux. Je les peins moi-même.
Quand j’aime un tableau, je le prends en photo, je l’agrandis et j’en fais une
reproduction. Parfois, j’en change les couleurspour l’assortir aux rideaux.
ENTRETIEN AVEC
BANKSY8 9
Je fais ça non seulement pour ne pas les payer, mais aussi parce que si les
Basquiat et les Picasso accrochés dans mon salon étaient authentiques, je
n’oserais plus sortir de chez moi !
BANKSY & LA NOTORIÉTÉ
Comment vivez-vous votre célébrité ?
Être médiatique est très éprouvant ; vous devez vous endurcir, vous construire
unesolide carapace et ignorer l’opinion des uns et des autres.
Un vieux proverbe chinois dit : « Qui dort dans une armure n’a pas des nuits
reposantes. »
On pourrait me demander : « Si tu tiens tant à l’anonymat, pourquoi accepter
qu’on fasse un reportage de six pages sur toi dans le Sunday Times
Magazine ? ».
Ma réponse est simple : « Je suis simplement un prix Nobel d’hypocrisie ».
BANKSY& LA RÉALISATION
Pourquoi avez-vous voulu faire un film ?
Faire un film qui évoque l’expressivité de la création artistique et la sensation
physique qu’elle procure est très difficile. Du coup, on n’a même pas essayé.
En revanche, notre film parle en toute simplicité de la vie, du désir et du
vandalisme gratuit. Tout y est vrai, surtout les séquences où nous mentons
tous autant que noussommes !
Au départ, je voulais que le film s’appelle Comment vendre de la m… à des
c…, et mon distributeur était d’accord, mais il m’a conseillé de ne jamais
dire que c’était un documentaire.
Je n’avais jamais cherché à faire un film, mais au final je n’ai pas vraiment
eu le choix. Alors que Guetta me filmait en train de peindre depuis quelques
mois, je me suis rendu compte que chaque foisqu’on partait à l’aventure,
je ne parlais que de lui en rentrant chez moi. Peu importe si on se baladait
sur un pont ou si un type nous avait repérés et nous suivait - c’était toujours
les anecdotes sur le fou furieux qui me filmait qui déclenchaient l’hilarité. Du
coup, c’était assez logique de braquer la caméra sur lui. Je crois que c’est
un film intéressant, mais j’aimerais que les gens viennentle voir sans avoir
trop d’attentes. Il ne faudrait pas qu’ils s’attendent à une sorte d’Avatar
version graff !
Quelle est votre ambition avec ce film ?
Je crois que ce que j’ai cherché à faire, c’est réaliser un film qui soit à l’univers
du graffiti ce que Karaté Kid a été au monde des arts martiaux - autrement
dit, un film qui pousserait les gamins du monde entier à prendre une bombe...
tracking img