Litterature classique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 257 (64250 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La Princesse de Clèves
Madame de La Fayette
1689
Sommaire
• Le libraire au lecteur
• Première partie
• Deuxième partie
• Troisième partie
• Quatrième partie
La Princesse de Clèves
1689
Sommaire
LE LIBRAIRE AU LECTEUR.
Quelque approbation qu’ait eu cette Histoire dans les lectures qu’on en a faites, l’Autheur n’a pu se résoudre à se déclarer ; il acraint que son nom ne diminuast le succès de son Livre. Il soit par expérience que l’on condamne quelquefois les Ouvrages sur la médiocre opinion qu’on a de l’Auteur et il soit aussi que la réputation de l’Autheur donne souvent du prix aux Ouvrages. Il demeure donc dans l’obscurité où il est, pour laisser les jugemens plus libres et plus équitables, et il se montrera néanmoins si cette Histoire estaussi agréable au public que je l’espère.
PREMIÈRE PARTIE
La magnificence et la galanterie n’ont jamais paru en France avec tant d’éclat, que dans les dernières années du règne de Henri second. Ce Prince estoit galand, bien fait, et amoureux ; qouique sa passion pour Diane de Poitiers, Duchesse de Valentinois, eust commencé il y avoit plus de vingt ans, elle n’en estoit pas moins violente, et iln’en donnoit pas des témoignages moins éclatans.
Comme il réussissoit admirablement dans tous les exercices du corps, il en faisoit une de ses plus grandes occupations. C’estoit tous les jours des parties de chasse et de paulme, des balets, des courses de bagues, ou de semblables divertissemens. Les couleurs et les chiffres de Mme de Valentinois paroissoient par tout, et elle paroissoitelle-mesme avec tous les ajustemens que pouvoit avoir Mlle de la Marck, sa petite-fille, qui estoit alors à marier.
La présence de la Reine autorisoit la sienne. Cette Princesse estoit belle, qouyqu’elle eust passé la premiere jeunesse ; elle aimoit la grandeur, la magnificence, et les plaisirs. Le Roy l’avoit épousée lorsqu’il estoit encore Duc d’Orleans, et qu’il avoit pour aisné le Dauphin, qui mourutà Tournon ; Prince, que sa naissance et ses grandes qualitez destinoient à remplir dignement la place du Roy François Premier, son père.
L’humeur ambitieuse de la Reine luy faisoit trouver une grande douceur à regner ; il sembloit qu’elle souffrist sans peine l’attachement du Roy pour la Duchesse de Valentinois, et elle n’en témoignoit aucune jalousie ; mais elle avoit une si profondedissimulation, qu’il estoit difficile de juger de ses sentimens, et la politique l’obligeoit d’approcher cette Duchesse de sa personne, afin d’en approcher aussi le Roy. Ce Prince aimoit le commerce des femmes, mesme de celles dont il n’estoit pas amoureux : Il demeuroit tous les jours chez la Reine à l’heure du Cercle, où tout ce qu’il y avoit de plus beau et de mieux fait de l’un et de l’autre sexe, nemanqouyt pas de se trouver.
Jamais Cour n’a eu tant de belles personnes, et d’hommes admirablement bien faits, et il sembloit que la nature eust pris plaisir à placer ce qu’elle donne de plus beau dans les plus grandes Princesses, et dans les plus grands Princes : Madame Elisabeth de France, qui fut depuis Reine d’Espagne, commençoit à faire paroître un esprit surprenant, et cette incomparable beautéqui luy a esté si funeste. Marie Stuart Reine d’Ecosse, qui venoit d’épouser M. le Dauphin et qu’on appelloit la Reine Dauphine, estoit une personne parfaite pour l’esprit et pour le corps : Elle avoit esté élevée à la Cour de France, elle en avoit pris toute la politesse, et elle estoit née avec tant de dispositions pour toutes les belles choses, que malgré sa grande jeunesse, elle les aimoit,et s'y connoissoit mieux que personne. La Reine sa belle-mere, et Madame sœur du Roy, aimoient aussi les Vers, la Comedie et la Musique : Le goust que le Roy François premier avoit eu pour la Poësie et pour les Lettres, regnoit encore en France ; et le Roy son fils aimant les exercices du corps, tous les plaisirs estoient à la Cour : Mais ce qui rendoit cette Cour belle et majestueuse, estoit le...
tracking img