Litterature entre verite et mensonge

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (333 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans son œuvre bibliographique ‘L’enfant noir’ de 1953, Camara Laye a raconté qu’il avait eu l’occasion d’aller en France avec l’aide d’une bource scolaire (il a obtenu un diplôme d’ingénieur).Au moment où il devait partir, comme il a avoué, il a senti le peur d’inconnue, la nostalgie pour le pays natal, la tristesse parce qu’il quitterait la famille, cependant il était tenté depoursuivre ses ambitions et de découvrir tout l’autre monde.

Ce mix des émotions est bien connu parmi celles qui partent vers une nouvelle destination guidés par des possibilités nombreuses à aidedesquelles ils peuvent réaliser beaucoup ses idées créatives. En même temps il y a bien de situation qui représentent un grand défit pour les nomades explorateurs. Dans ce vois incertainquelques-uns profitent des chances offertes, tandis que les autres sont perdus dans le labyrinthe d’une culture étrangère. Tout dépend de l’imagination personnelle et du fait d’avoir un projet clairdéfinit. Si on sait ce qu’on veut le pas suivant est l’implémentation du plan. Bien sûre qu’il y a des obstacles. Cela commence d’abord par intégration dans la société où on est (apprendre lalangue, les marques de civilisation, les traditions…). Quelque fois, ‘les participants dans ce procès’ peuvent avoir la crise d’identité, mais la caractéristique humain est de ne pas ‘rendre lesarmes’. En fait, Camara Laye n’a pas jamais trouvé le travail dans son domaine et pour cela il a décidé de ‘se transfigure’ en écrivain de manière à devenir un de plus important promoteurs de saculture.

Etant donné que la mondialisation aujourd’hui est en plain élan, il se pose comme nécessité d’ouvrir l’esprit. Cela pour certains peut être sonne utopique, mais la réalité montreque le métissage, par exemple, contribue au développement de pensée démocratique. En conséquence, aujourd’hui nous sommes plus tolérants entre nous qu’au paravent.

302 mots

Svetlana...
tracking img