Litterature xix

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1522 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La littérature française du XIXe siècle (II)

-La poésie romantique 4 Musset

Vanina Vanini est une nouvelle de Stendhal parue en 1829.

Elle raconte l'histoire de Missirilli, un qui lutte pour la liberté de l'Italie, et de Vanina, une aristocrate impétueuse, prête à tout pour garder son amant.

Cette nouvelle fut écrite en 1829, et constitua la raison principale de l'expulsion deStendhal d'Italie.
Pour une analyse de ce poème, cf.

http://gritti.provincia.venezia.it/5E%20area%20di%20progetto/De%20MUsset%20commento.htm

Le poème "Dans Venise la rouge", issu de l’ouvrage Premières poésies d’Alfred de Musset, a été publié en 1828.
Le poème se partage en 17 quatrains en rimes plates (AABB).
On peut diviser ce poème en 4 parties. On étudiera d’abord le coucher du soleil,puis le passage vers la nuit, ensuite la nuit qui tombe et enfin la description de la vie nocturne à Venise.
Le premier champ sémantique, le coucher du soleil, se caractérise par les mots suivants : "rouge" (ligne 1), "falot" (ligne 4), "grande lanterne", "horizon serein" (ligne 7), "pied d’airain" et "bronze" (ligne 8).
Tous ces mots déterminent un moment précis de la journée, le coucher dusoleil, grâce aux sensations visuelles qu’elles suscitent .
Le passage vers la nuit, le deuxième champ sémantique, apparaît par les expressions "dormir", "eau qui fume" (ligne 13), "brume" (ligne 14).
Quand la nuit tombe, l’eau fume et un brouillard léger avance. Ces mots donnent une sensation de calme, de paix, de tranquillité.
Le troisième champ sémantique, la nuit qui tombe, est caractérisé parles termes suivants : "lune" (ligne 17), "nuage étoilé" (ligne 19), "mornes statues" (ligne 30), "clair de lune" (ligne 38), "jeune muguet" (ligne 39).
A la tombée de la nuit la lune éclaire le paysage, tout prend une couleur blanche. Par exemple, Alfred de Musset écrit : "blancs escaliers". De plus le mot "jeune muguet" rappelle la couleur dorée de la lune. Tous ces mots illustrent un momentdéfini de la journée.
La description de la vie nocturne à Venise, le quatrième champ sémantique, se caractérise par les mots : "bal" (ligne 41), "masque noir" (ligne 44), "bouche embaumée" (ligne 45), "festin" (ligne 51), "vieille horloge" (ligne 57), "palais du vieux doge" (ligne 58).
Alfred de Musset décrit la vie nocturne de Venise : les femmes avec leurs bouches embaumées et avec leurs masquesnoirs vont à un bal ou à un festin. Ces mots donnent des impressions descriptives.
La poésie présente des figures de style. Ainsi relève une comparaison : "navires et chaloupes/pareils à des hérons". On peut trouver également une personnification de "navires et chaloupes" par les verbes de mouvement tels : "se couchent", "dorment", "croisent".
Enfin la septième et la huitième strophe propose unerécurrence de la conjonction de coordination " et ". En effet, ce mot apparaît huit fois.

Les nuits d’Edouard Young

Edward Young, (1683-1765) est un poète préromantique anglais. Son âme tourmentée laissa à la postérité une œuvre personnelle et profonde ; son poème Plaintes ou Pensées nocturnes sur la vie, la mort et l’immortalité (1742-1745), connu sous le nom de Nuits, a inauguré le genresombre et mélancolique du romantisme.
Publié en 1742, La Plainte, ou pensées nocturnes sur la vie, la mort et l’immortalité, a été suivi d’autres Nuits, la huitième et la neuvième paraissant en 1745. Bien que les Nuits soient longues et désorganisées, l’œuvre abonde en passages brillants. Le succès en était énorme. Il a été traduit en plusieurs langues. En France, Pierre Le Tourneur a traduit lesNuits en prose plus emphatique et plus lugubre que les vers de l’original. Cette version (1769, 2 vol. ) avait un immense succès et a assuré, dans ce pays où elle est devenue un classique de l’école romantique, une réputation supérieure à celle même dont jouissait Young dans son pays.

La nuit de mai
La nuit de mai suit immédiatement la rupture avec George Sand. On y lit le désarroi de...
tracking img