Litterature

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2581 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Les droits de l'homme : valeurs universelles ? ou expression idéologique d'intérêts particuliers ?

La Révolution Française proclame la fin des privilèges, l'égalité de tous devant la loi, l'existence de droits naturels que l'Etat doit respecter de façon absolue. En même temps apparaît l'idée de liberté de conscience qui aboutira progressivement à détacher l'Etat de la Religion. Dans cettelogique, la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen" de 1789 est un texte purement laïque, établissant des droits naturels, excluant toute référence au droit divin sur lequel reposait l'Ancien Régime. Comme fondement du politique, la nature humaine remplace ici la volonté de Dieu.
Mais si la religion est exclue de ce texte, l'esprit religieux l'est-il également ? Marx ne le pense pas. Pourlui, la conception libérale (au sens économique et politique du terme ---> libéralisme) des droits de l'homme reproduit, sous une forme apparemment non religieuse, le modèle chrétien, à la fois illusion et aliénation.

La démocratie libérale, en effet, repose sur le dualisme homme/citoyen, société civile/communauté politique, de même que la religion chrétienne repose sur le dualisme citéterrestre/cité c‚leste ( cf. : "Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu" ). En tant que citoyen, l'homme participe aux affaires de l'Etat, il pense à la communauté, aux intérêts de tous... Ici règne l'égalité en droits. Mais en tant qu'homme privé, membre de la "société civile" (monde du travail, de la famille, des affaires privées... et surtout de la concurrenceéconomique) chacun suit ses intérêts sans se soucier des autres. Ici règnent les inégalités de fait (richesses, propriétés, chances inégales devant l'instruction, l'emploi, ...) Ces deux mondes sont bien séparés, contrairement à l'époque féodale, par exemple, où rôle politique et vie privée n'étaient pas séparables (la propriété personnelle du seigneur ne se distinguait pas de son pouvoir politiquesur son serf ).

"L'État [issu de la Révolution Française] supprime à sa façon les distinctions dues à la naissance, le rang social, l'instruction, la profession en décrétant que la naissance, le rang social, l'instruction, la profession sont des différences non politiques, quand, sans tenir compte de ces distinctions, il proclame que chaque membre du peuple partage, à un titre égal, lasouveraineté populaire […] Mais l'Etat n'en laisse pas moins la propriété privée, l'instruction, la profession agir à leur façon […] et faire prévaloir leur nature spéciale. Bien loin de supprimer ces différences réelles, il n'existe en vérité que grâce à elles : il a conscience d'être un État politique et ne fait prévaloir son universalité que par opposition à ces éléments.[1] […]
L'État politiqueachevé est essentiellement la vie générique de l'homme [2] par opposition à sa vie matérielle. Toutes les conditions de cette vie égoïste continuent à subsister, en dehors de la sphère de l'État, dans la société civile, [3] mais comme attributs de la société civile. Là où l'État politique est parvenu à son épanouissement véritable, l'homme mène, non seulement dans la pensée, dans la conscience, maisdans la réalité, dans la vie, une vie double, une vie céleste et terrestre [4] : 1) la vie dans la communauté politique où il s'affirme comme un être communautaire et 2) la vie dans la société civile, où il agit en homme privé, considère les autres comme des moyens, se ravale, lui-même au rang de moyen et devient le jouet de puissances étrangères [5]. L'État politique se comporte envers lasociété civile d'une manière aussi spiritualiste que le ciel envers la terre. […]
Religieux, les membres de l'État politique le sont en raison du dualisme qui sépare vie individuelle et vie générique, vie de la société civile et vie politique ; ils sont religieux parce que l'homme se comporte envers la vie de l'Etat, qui est étrangère à son individualité réelle, comme si elle était sa vraie vie ;...
tracking img