Litterature

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (399 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
César Chesneau, sieur Dumarsais ou Du Marsais, né à Marseille le 17 juillet 1676 et mort à Paris le 11 juin 1756, est un grammairien et philosophe français.
Dumarsais perdit son père au berceau, etfut élevé par une mère qui, ne songeant nullement aux choses de la vie, laissa dépérir la fortune de ses enfants, disperser et vendre, sans aucun profit, une fort belle bibliothèque léguée par deuxparents ; ce fut là un des premiers chagrins de Dumarsais ; et son désespoir fut si profond, qu’il en vint jusqu’à dérober tous les livres qu’il pouvait saisir.
Il entra chez les Oratoriens de sa villenatale, et y fit ses études avec succès. Il s’affilia même à leur congrégation mais, découragé par le peu de liberté qu’on lui laissait, il en sortit bientôt pour venir, vers l’âge de vingt-et-unans, étudier le droit à Paris. Il s’y maria, et fut reçu avocat au Parlement, le 10 janvier 1704.
Divers embarras de fortune et de ménage le forcèrent de quitter le barreau, et d’entrer en qualité deprécepteur chez le président de Maisons. Ce fut là qu’il commença son ouvrage sur les libertés de l’Église gallicane, qui ne parut qu’après sa mort, Le président de Maisons étant mort, Du Marsais futadmis, en qualité de gouverneur, chez le financier Law. On sait combien fut courte la fortune de ce financier, et le pauvre philosophe fut bientôt sans emploi et sans ressources. Heureusement pour lui,le marquis de Beaufremont lui ouvrit sa maison et ce fut pendant le séjour qu’il y fit, qu’il put se livrer le plus tranquillement à l’étude ; il composa alors ses Principes de Grammaire et son Traitédes Tropes, son meilleur ouvrage et celui qui a fait survivre son nom.
En sortant de chez le marquis de Baufremont, Dumarsais se vit forcé pour vivre d’ouvrir un pensionnat dans le faubourgSaint-Victor, dans lequel il trouva à peine des moyens de subsistance. Il voulut encore se charger de quelques éducations particulières, que son âge avancé ne lui permit pas de conserver longtemps. Ce fut...
tracking img