Livre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2920 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Page 20

Maghreb Canada Express (www.maghreb-canada.ca) Tél. (514) 576-9067 Vol. VII , N°3 (MARS 2009)

PAGES CULTURELLES

Le secteur du livre au Maroc : état des lieux et perspectives

Hassan El Ouazzani, poète et chercheur, né en 1970, docteur Es Lettres et Professeur à l’École de sciences de l’Information (Maroc) vient de publier une étude réalisée en 2006, pour le ministère de laculture (Maroc) et l’Unesco sous le titre: «Le secteur du livre au Maroc : état des lieux et perspectives». En voici la préface (par Yahya El Yahyaoui), l’introduction et la conclusion:
L’auteur a ainsi non seulement voulu apporter un diagnostic complet sur la situation réelle du livre au Maroc, encore moins une radioscopie de l’industrie de l’édition, sans a priori et sans préjugé aucun, mais atenté aussi des recommandations et ébauché un plan d’action, frôlant quelquefois le concret dans ses moindres détails. Les chiffres avancés par El Ouazzani sont encore une fois éloquents, et ne laissent planer le moindre doute sur ladite crise. Ils sont sans appel aucun, serais je tenté de dire : - Une défaillance manifeste du secteur de la distribution avec une répartition géographique inéquitable despoints de vente, qu’il s’agisse des kiosks ou des librairies. - Et un secteur de la lecture qui ne pourrait, étant l’aboutissement de la chaîne, que porter la marque et la cicatrice des carences de l’ensemble des maillons de ladite chaîne : huit marocains sur dix n'ont jamais acheté de livres, et six sur dix n'ont jamais lu un quelconque ouvrage. Telle est en effet, la triste réalité (dramatiquediraient d’aucuns) du livre et de la lecture au Maroc. Un marasme que ni les coups de subvention, ni les aides à l’édition n’ont pu apporter le remède salvateur. Il est vrai, dit Hassan El Ouazzani, que l’analphabétisme, l’illettrisme et les conditions socioéconomiques, n’arrangent pas les choses, fort aggravées par-dessus tout, par l’arrivée du numérique. Mais au delà de ceci, il faudraitrappeler que le livre ne figure pas encore dans nos habitudes de consommation, l’évocation du prix pour arguer du renoncement au livre et à la lecture, étant une explication somme toute superficielle. La question est, l’on ne cesse de le redire, beaucoup plus éducative ou culturelle, qu'économique. «Nous sommes dans une société dont la moitié est analphabète, l’autre moitié ne s’intéresse pas au livre,car il n’y a pas de véritable politique culturelle dans notre pays», disaient certains. Une conclusion d’autant plus vraie que la part du budget général revenant à la Culture (0,29%) est dérisoire et ne pourrait, quelqu’ en soit la volonté des auteurs ou des acteurs, épauler une quelconque politique culturelle. C’est dire, pour reprendre les éléments du plan d’action de l’auteur, qu’outre laresponsabilité de l’Etat, la culture devrait être aussi l’affaire des villes, des campagnes, des communes, des entreprises, de la société civile et des médias. C’est dire aussi que l’avenir du livre au Maroc passe, par un nécessaire chaînon vertueux, par la réhabilitation de la lecture à travers la réhabilitation des bibliothèques, la création et le renforcement des médiathèques et d’autres formes delecture publique qu’il faudrait peut être imaginer. C’est avec de la fierté, et surtout de l’affection, que j’ai rédigé ces quelques lignes, car l’auteur, outre le fait qu’il fut un de mes brillants étudiants à l’Ecole des Sciences de l’information, j’ai pu suivre de très près son parcours scientifique à travers les nombreuses études qu’il a menées, et la remarquable thèse de Doctorat qu’il abrillamment soutenue il y a quelques mois, sur un manuscrit biobibliographique de l’historien Abderrahmane Benzidane. Il m’a été donc tout à la fois facile et difficile de préfacer son livre. Facile parce que ses qualités sont éclatantes, son information riche, sa rédaction claire et sa nécessité fort évidente. Difficile parce que cette étude n’est que le premier jet d’un chantier que l’auteur a...
tracking img