Livres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4230 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Romansk Forum Nr. 16 – 2002/2 Helge Vidar Holm Université de Bergen

XV Skandinaviske romanistkongress Oslo 12.-17. august 2002

Dialogisme perpétuel dans Madame Bovary
En 1970, dans la révue Novyj Mir, Mikhaïl Bakhtine formule un aspect fondamental de son concept de dialogisme : L’extra-localité de celui qui comprend, le fait qu’il se retrouve à l’extérieur, dans le temps, dans l’espace,dans la culture par rapport à ce qu’il veut comprendre de façon créatrice, tout cela est de grande importance pour la compréhension. (…) Un sens dévoile ses propres profondeurs s’il rencontre et entre en contact avec un autre sens, un sens d’autrui : entre eux une sorte de dialogue commence, qui dépasse la clôture et le caractère unilatéral de ces sens1. La dernière partie de la citation vaut pourles deux principaux niveaux d’analyse impliqués dans le concept de dialogisme : le niveau d’analyse immanente au texte et celui qui implique une prise en compte du rôle actif du destinataire ou du lecteur. Rappelons l’étymologie grecque de « dialogue », dia- (= partage en deux) et logos, ( = mot, à comprendre ici plus ou moins équivalent de slovo en russe, ou de discours en français moderne). SelonBakhtine, le discours écrit ou prononcé n’exprime point uniquement la position de son auteur ou locuteur. Le logos est « infecté » par d’autres positions sémantiques que celles de son auteur : il fait partie constituante d’un dialogisme perpétuel. Dans un texte romanesque, il y a dialogisme entre les divers personnages, entre les personnages et l’auteur, et entre les implications intertextuellesdiverses du texte ; aussi bien qu’entre le lecteur et le texte. « L’auteur est prisonnier de son époque, de son présent, » dit Bakhtine dans le texte déjà cité, en soulignant la nécessité de distance dans le temps et l’espace par rapport à la position de l’auteur, du lecteur susceptible de « libérer l’auteur » de sa « captivité ». Ces métaphores bakhtiniennes sont en effet assez extraordinaires,vu l’année de parution de l’article : 1970. Il s’agit de l’année où furent annoncés les premiers travaux en esthétique de la réception, notamment ceux de l’Ecole de Constance. Nul doute qu’on trouve, dans la position du Bakhtine de 1970, des éléments proches à la fois des « horizons d’attente » de Hans Robert Jauss et du « lecteur implicite » de Wolfgang Iser. On y trouve aussi des ressemblancesavec le « lecteur model » d’Umberto Eco. Chez Bakhtine, il y a cependant des différences importantes par rapport à ces trois théoriciens, notamment en ce qui concerne le rôle de cocréateur attribué au lecteur. A la différence des positions des trois autres, Bakhtine attribue au rôle du destinataire une sur-valeur importante et nettement modifiante en ce qui concerne la position idéologique expriméepar l’auteur. Le lecteur bakhtinien tient la clef de la prison

1

Bakhtine 1979 : 335, cité d’après Siclari 2002 : 2-3.

443

Helge Vidar Holm idéologique de l’auteur ; il detient le pouvoir de « libérer » l’auteur – ou disons plutôt la position idéologique de l’auteur – de sa captivité spatio-temporelle. « Les études littéraires sont appelées à aider à cette libération », disaitBakhtine en 19702. Essayons donc de répondre à cet appel, en étudiant quelques exemples de notre extrait du roman de Gustave Flaubert, Madame Bovary (1857). Permettez-moi cependant d’abord de commenter de plus près le concept bakhtinien de dialogisme.

***
Une idée centrale dans la pensée bakhtinienne est celle qui souligne la situation comparable de l’auteur et de ses personnages, face au langage.Pour Bakhtine, l’auteur n’est qu’un participant au dialogue, au même titre que le sont les mots d’autrui, entre autres à travers les références intertextuelles contenues dans chaque énoncé, que celui-ci soit simple ou complexe. Dans le dernier cas, il pourra même s’agir d’un roman entier, selon la definition bakhtinienne de l’énonce complexe 3. Un énonce constitue toujours un maillon d’une chaine...
tracking img